BFMTV

Plats préparés: des fragments d'os et de cartilage

Plats préparés à base de viande: il y a de quoi rester perplexe.

Plats préparés à base de viande: il y a de quoi rester perplexe. - Charly Triballeau - AFP

Que ce soit en qualité ou en quantité, la viande des plats préparés n'est pas toujours à la hauteur des attentes des consommateurs, explique 60 millions de consommateurs.

Les lasagnes, hachis, raviolis, burgers, et autres sauces bolognaises vendus en France ne contiennent pas de cheval, assure l'association 60 millions de consommateurs qui souligne tout de même que ces produits restent trop gras et trop salés. Quatre ans après la crise des lasagnes à la viande de cheval, 60 Millions de consommateurs a analysé 60 références courantes pour vérifier leur composition, la quantité et la qualité des viandes, et y a recherché l'ADN de 24 espèces animales.

Plus de cheval, mais un peu de porc et de buffle

Première constatation, "aucune trace de cheval n'a été trouvée", selon l'association qui souligne toutefois avoir trouvé en plus du bœuf la présence de porc et de buffle dans deux références sur soixante.

Elle regrette par contre que certains plats cuisinés contiennent "de la viande de très mauvaise qualité" comme certains hachis Parmentier ou burgers. Des "fragments d'os et de cartilage" donnent notamment une viande de moins bonne qualité que celle constituée de muscles.

Les quantités de viande posent aussi problème: "elles font le grand écart d'une référence à l'autre, en particulier pour les lasagnes, les hachis Parmentier et les burgers".

Trop de gras et un "intérêt nutritionnel médiocre"

Par ailleurs, "trop gras ou (et) trop salé", la grande majorité de ces produits présente un intérêt nutritionnel assez médiocre", indique 60 millions de consommateurs. 

L'étiquetage sur l'origine géographique des viandes, sous certaines conditions, étant obligatoire depuis le 1er janvier, l'association a aussi vérifié en labo la conformité aux mentions annoncées sur des steaks hachés et indique qu'il n'y a "pas de mauvaise surprise, les origines françaises indiquées ont été confirmées".

David Namias avec AFP