BFMTV

Paris retire sa citoyenneté d'honneur à Aung San Suu Kyi

Aung San Suu Kyi, le 1er février 2016.

Aung San Suu Kyi, le 1er février 2016. - Ye Aung Thu - AFP

Le Conseil de Paris a décidé ce mercredi de retirer sa citoyenneté d'honneur à Aung San Suu Kii, au regard du silence de la dirigeante birmane face aux violences et au massacre contre les Rohingyas.

Aung San Suu Kyi n'est plus citoyenne d'honneur de la Ville de Paris. Le Conseil de Paris a décidé ce mercredi de retirer ce titre à la dirigeante birmane.

Prix Nobel de la Paix en 1991, icône de la lutte contre la junte militaire birmane, Aung San Suu Kyi avait reçu la citoyenneté d'honneur de la Ville de Paris en 2004. Mais depuis plusieurs années, l'ancienne dissidente, devenue dirigeante est sous le feu des critiques sur la scène internationale pour son absence de condamnation des violences contre les Rohingyas. 

"Alors que le dernier rapport de l'ONU présenté en conseil de sécurité affirme que le génocide continue, le silence d'Aung San Suu Kyi perdure", a déploré Hermano Sanches Ruivo, conseiller délégué auprès de l'Adjoint chargé des relations internationales. 

Un cadre pour la citoyenneté d'honneur? 

L'exécutif parisien a défendu un "geste symbolique fort" qui doit "contribuer à faire pression sur les autorités birmanes pour que cessent les persécutions" alors que plus de 700.000 Rohingyas ont fui en 2017 les exactions commises par des militaires birmans.

Si le Conseil de Paris a voté cette mesure, les groupes PPCI et LRI (qui n'a pas pris part au vote) ont exhorté la municipalité à définir un cadre d'attribution de la citoyenneté d'honneur. "Il faut réfléchir ensemble à comment on détermine la citoyenneté d'honneur pour éviter de se retrouver dans ce genre de situation", a appuyé Pierre Auriacombe, du groupe PPCI. 
Carole Blanchard