BFMTV

Migrants: 800 personnalités lancent un appel pour un plan d'urgence à Calais

Artistes, militants, universitaires. Ils sont 800 à s'unir derrière un appel pour demander "un large plan d'urgence pour sortir la 'Jungle' de Calais de l'indignité dans laquelle elle se trouve".

Romain Duris, Eric Cantona, Jeanne Moreau, Michel Hazanavicius, Omar Sy ou encore Benjamin Biolay. 800 personnalités signent un appel, publié par Libération, pour "sortir la 'Jungle' de Calais de l'indignité dans laquelle elle se trouve". Des artistes, universitaires et militants se rassemblent pour cet "appel de Calais".

Ensemble, ils déplorent "un désengagement de la puissance publique" de ce camp informel, toléré par les pouvoirs publics, qui s'est formé depuis début 2015. Ce dimanche, la préfète du Pas-de-Calais avait indiqué que le nombre de migrants présents dans la "Jungle" avait doublé en trois semaines. "Tous ensemble ont peut avoir du poids, espère le cinéaste Costa Gavras sur BFMTV. On espère aussi mobiliser plus de monde".

"Le nombre de migrants a augmenté de façon significative en quelques semaines et atteint désormais près de 6.000 personnes, a confirmé mardi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve qui qui se rendra sur place mercredi . "Aucune femme, aucun enfant ne sera sans abri à Calais au cours des mois qui viennent", s'est engagé solennellement le ministre. "Et si nous devions agrandir encore ces capacités d'accueil, nous le ferons."

"La spirale du pire est amorcée"

Un afflux qui s'explique principalement par "la difficulté de passer en Grande-Bretagne" après les nombreux travaux de sécurisation du site d'Eurotunnel et de la rocade menant au port de Calais, avec la pose d'impressionnants grillages. Face à cette difficulté, les migrants se sédentarisent.

Cette zone concentre "cinq à six mille femmes, hommes et enfants, épuisés par un terrible voyage, laissés à eux-mêmes dans des bidonvilles, avec un maigre repas par jour, un accès quasi impossible à une douche ou à des toilettes, une épidémie de gale dévastatrice", rappelle le texte publié dans le quotidien.

Les signataires évoquent également des "viols", des "enfants laissés à eux-mêmes dans les détritus", des "violences policières presque routinières" et des "ratonnades organisées par des militants d'extrême droite". "La spirale du pire est amorcée".

Un camp pour 1.500 personnes doit voir le jour

Dans ce texte, également signé par Abd al Malik, le dessinateur Enki Bilal ou encore l'économiste Thomas Piketty, "nous avons décidé de prendre la parole tous ensemble pour dire non à la situation réservée à ceux qui sont actuellement les plus démunis de droits en France: les exilés de Calais", affirment-ils.

Cette "jungle" s'est formée à proximité de la rocade portuaire de Calais depuis le début d'année, à la suite de la volonté de la mairie de déplacer les migrants du centre-ville vers le centre d'accueil de jour Jules Ferry. Le gouvernement a annoncé fin août l'installation de containers permettant de loger 1.500 personnes au sein d'un nouveau camp jouxtant le centre d'accueil Jules Ferry. Les travaux devraient débuter fin octobre.

I. V. avec AFP.