BFMTV

Incendie à Paris: pourquoi le feu s’est répandu si rapidement

Le feu s'est déclaré dans un immeuble du 16e arrondissement.

Le feu s'est déclaré dans un immeuble du 16e arrondissement. - Sapeurs-pompiers de Paris.

Un incendie qui s'est déclenché dans un immeuble du XVIe arrondissement a fait au moins 10 morts et plus d'une trentaine de blessés, dans la nuit de lundi à mardi. La piste criminelle est privilégiée.

Le feu a été particulièrement violent dans l’incendie qui a ravagé l’immeuble du 17 rue Erlanger, dans la nuit de lundi à mardi. Si les flammes se sont si vite propagées, c’est en parti lié à la topographie des lieux. Cet immeuble de huit étages, construit dans les années 1970, a une forme de H, ce qui l'a rendu difficile d’accès pour les pompiers.

“C’est un feu qui est particulièrement virulent, parce qu’il est dans des conditions qu’on redoute tous”, explique le colonel Grégory Allione président de la Fédération des sapeurs pompiers de France à BFMTV. “Il est dans une cour intérieure, qui est un élément vecteur de propagation des fumées et des flammes car cela forme une cheminée”, indique ce dernier.

Accès très difficile

La cour, un élément défavorable d’une part pour la propagation et d’autre part pour l’accès des pompiers, rendu très difficile. En effet, les pompiers n’ont pas pu amener leurs grandes échelles, qui équipent les camions, du fait de la cour intérieure.

“Ils ont dû lutter et aller vers les victimes grâce à des échelles à coulisses et des échelles accrochées”, souligne Grégory Allione.

La question du mauvais entretien de l'immeuble est en revanche exclue, alors même qu'elle est centrale dans de nombreux cas d'incendies sur lesquels les pompiers sont appelés.

“Ce qui est étonnant, c’est que le XVIe arrondissement est un quartier plutôt bien entretenu, avec une population qui n’est pas paupérisée”, ajoute le colonel.

Ce dernier ajoute que les fumées de ce type “sont particulièrement toxiques”. Une fumée qui est souvent le premier signe d’un feu violent, précise Grégory Allione.

Opérations de reconnaissance

Les pompiers, encore sur place, procèdent désormais à des opérations de reconnaissance et se rendent dans chaque appartement pour vérifier s’il y a encore des victimes. Un des pompiers a témoigné auprès de notre antenne, expliquant qu’il y avait du feu qui sortait de “toutes les fenêtres”. Les opérations de secours ont donc été “extrêmement” compliquées.

Une enquête doit désormais être diligentée. Une habitante de l’immeuble a dores et déjà été interpellée et placée en garde à vue, avant que celle-ci ne soit levée et qu'elle soit admise en infirmerie psychiatrique. Une enquête a été ouverte pour "destruction volontaire par incendie ayant entraîné la mort" et confiée à la police judiciaire, a indiqué le parquet de Paris.

Valentine Arama avec AFP