BFMTV

"Les femmes musulmanes portent le foulard ou pas, c’est leur liberté", insiste le président du CFCM

Dalil Boubakeur est le président par intérim du CFCM.

Dalil Boubakeur est le président par intérim du CFCM. - Ludovic Marin - AFP

En pleine polémique sur le voile islamique, le Conseil français du culte musulman a fait savoir ce mardi qu'une femme musulmane est libre de choisir de porter ou non le foulard.

Après des débats houleux sur le port du voile islamique et l’attaque contre une mosquée de Bayonne lundi après-midi, le Conseil français du culte musulman (CFCM) s’est réuni ce mardi pour apporter des clarifications dans ce contexte tendu. L’institution a souligné "l’urgence d’apaiser les débats" à un moment où l’islam de France vit "un moment historique".

Le 15 octobre, une femme voilée a été prise à partie par un élu du Rassemblement national lors d’une sortie scolaire au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté. Au cours de la séance, Julien Odoul lui a en effet demandé de retirer son voile, déclenchant ainsi une vive polémique. Ce mardi, Dalil Boubakeur, président par intérim du CFCM et recteur de la Grande mosquée de Paris, a clairement exprimé sa position: une femme musulmane est libre de choisir de porter ou non le voile.

Liberté 

"Le port du voile répond à une obligation religieuse, c’est normal. Mais ne pas le porter, c’est aussi tout à fait normal. Les femmes musulmanes de ce pays portent le foulard ou ne le portent pas, c’est leur liberté et c’est respecté tant par les lois musulmanes que républicaines", a-t-il déclaré à l’issue du conseil religieux.

Lors de ce colloque, la question de la lutte contre la radicalisation a également été abordée. Selon Dalil Boubakeur, la détection des signes avant-coureurs doit être analysée du point de vue des musulmans afin de ne pas confondre "pratique religieuse soutenue et radicalisation". Les discussions doivent encore se poursuivre avec l’objectif de remettre des conclusions avant la fin de l’année.

Ambre Lepoivre