BFMTV

Les dérapages racistes d’un coach en séduction

Julien Blanc se présente comme expert en séduction.

Julien Blanc se présente comme expert en séduction. - Youtube

Julien Blanc, "coach en séduction" s’est attiré la colère des internautes, qui dénoncent l’apologie du harcèlement sexuel de ses conseils, distillés dans une vidéo.

L’expert en drague a dû annuler sa conférence prévue ce jeudi à Melbourne. Julien Blanc, coach suisse pour Real Social Dynamic, une société qui promet d’apprendre à séduire des femmes est au cœur d’une polémique.

Dans une vidéo d'une de ses conférences diffusées en septembre, il explique en anglais la faciliter de "séduire" au Japon. Et ses méthodes semblent faire rire son auditoire, un parterre d’hommes.

"A Tokyo, si vous êtes un homme blanc, vous pouvez faire ce que vous voulez", raconte-t-il.

Des méthodes violentes

Selon lui, les Japonaises ne sauraient pas dire non. Il explique comment avec un méthode agressive il a réussi à "séduire" des jeunes filles en boîte de nuit ou même dans la rue à Tokyo. Devant son auditoire, il raconte avec le sourire, "je leur attrapais la tête et hop… ". Dans la suite de la vidéo, on le voit à l’œuvre au Japon. Ne laissant pas le choix à ses proies, il leur impose de se pencher et de mimer une fellation. "Même en abordant un groupe, je les attrapais une par une, je n’ai jamais été aussi heureux", poursuit Julien Blanc.

La vidéo partagée sur les réseaux sociaux a fait le tour du web, révoltant particulièrement le Japon. Sur twitter, le sujet est même devenu un des sujets les plus discutés avec le hashtag #TaweDownJulienBlanc, "faites tomber Julien Blanc".

Pour les internautes, ses méthodes sont loin d’être des techniques de drague mais des incitations au harcèlement sexuel et au viol. "Le gars fait des conférences où il explique comment agresser sexuellement des filles et il est payé pour ça", dénonce une internaute sur Twitter. Les réactions, par centaines, dénoncent le comportement misogyne et raciste de Julien Blanc.

Sur internet, une pétition a été mise en ligne pour faire annuler sa conférence qui devait avoir lieu à Melbourne. Plus de 22.000 personnes l'ont signé, les auteurs de la pétition veulent l'annulation d'autres de ses conférences.

C. B