BFMTV

Les anti-mariage homo s'affichent sur les ponts de Paris

"Un père et une mère c'est élémentaire", "Tous nés d'un homme et d'une femme", "Non à la filiation-fiction", "l'enfant n'est pas un droit", pouvait-on lire sur des banderoles déployées dans l'ouest de Paris.

"Un père et une mère c'est élémentaire", "Tous nés d'un homme et d'une femme", "Non à la filiation-fiction", "l'enfant n'est pas un droit", pouvait-on lire sur des banderoles déployées dans l'ouest de Paris. - -

Ils ont déployé mardi de nombreuses banderoles sur les ponts de la capitale à quelques heures de l'ouverture du débat à l'Assemblée sur le projet de loi ouvrant le mariage aux couples homos.

Les opposants au mariage homosexuel ont déployé mardi de nombreuses banderoles sur les ponts de la capitale à quelques heures de l'ouverture du débat à l'Assemblée sur le projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples homosexuels, ont constaté des journalistes de l'AFP.

>> A LIRE AUSSI - Mariage homo : ce qui va changer 

"Non à la filiation-fiction"

"Un père et une mère c'est élémentaire", "Tous nés d'un homme et d'une femme", "Non à la filiation-fiction", "l'enfant n'est pas un droit", pouvait-on lire sur des banderoles déployées dans l'ouest de Paris qui reprenaient les principaux slogans des manifestations organisées depuis novembre par le collectif La manif pour tous, à l'origine de cette action.

"C'est le mouvement de la liberté d'expression, le mouvement de la liberté de conscience. On demande la liberté de vote pour les députés. On veut du boulot, des emplois, pas de la loi Taubira", a déclaré à l'AFP la porte-parole du collectif Frigide Barjot.

Au pont de Grenelle, les militants ont déployé deux banderoles de 15 mètres, proclamant "pour un mariage civil" et "l'enfant n'est pas un droit".

Occuper le terrain médiatique

Selon un organisateur, Benoit Gruau, 150 banderoles sont déployées dans Paris. "Le but de l'opération, c'est de montrer sur les ponts de Paris 150 banderoles déployées par 400 militants en ce jour symbolique de début de débat à l'Assemblée", a-t-il dit. "Le combat continue. On demande que ce texte de loi ne soit pas voté".

Les députés entament mardi après-midi le marathon du projet de loi, première réforme sociétale du quinquennat. Le débat devrait durer quinze jours et voir s'opposer frontalement majorité et opposition qui se sont déjà mesurées dans la rue. Dimanche, entre 125.000 et 400.000 personnes ont défilé pour soutenir le projet tandis que le 13 décembre entre 340.000 personnes (police) et un million (organisateurs) avaient battu le pavé parisien.

BFMTV avec AFP