BFMTV

Le pouvoir d’achat

BFMTV

Rachat des RTT voire des congés, travail le dimanche, redevance télé... Bernard Accoyer évoque les premières propositions gouvernementales du « travailler plus pour gagner plus ».

J-J B : Parlons de ce fameux pouvoir d’achat. Je regarde les mesures qui sont annoncées : dix jours de RTT rachetés dans l’année, pas plus ?

B A : Le texte n’est pas encore arrêté, il sera discuté à l’Assemblée et au Sénat où il pourra y avoir quelques modifications.

J-J B : 10 jours payés sans charges sociales ?

B A : C’est énorme. Encore une fois, c’est ce qui est aujourd’hui dans les tuyaux comme on dit. Mais le débat parlementaire viendra peut être assouplir.

J-J B : Il faut aller plus loin ? B A : Je pense qu’aujourd’hui il faut que les français puissent, s’ils le souhaitent et s’il y a du travail travailler plus. Le problème c’est qu’on ne peut pas considérer que la France serait seule dans le monde. Et partout il y a un seul système, c’est travailler plus pour gagner plus mais surtout pour partager plus. Il faut toujours dire cela parce que si on veut sauver nos régimes sociaux, si on veut que les retraites puissent être payées, si on veut que l’assurance maladie puisse continuer de prendre en charge les malades, il faut qu’il y ait de la richesse produite. Le seul moyen de créer du pouvoir d’achat c’est de créer de la richesse dans le pays.

J-J B : Donc permettre de payer tous les jours de RTT. De payer des jours de congés ?

B A : Si l’entreprise a du travail, si le salarié le souhaite, si la direction pense que c’est utile pour développer son entreprise, je suis pour la liberté. En faisant tout cela dans la concertation à l’intérieur de l’entreprise entre les salariés et la direction avec également un travail avec les partenaires sociaux.

J-J B : Donc une entreprise qui a du travail, qui a des commandes, pourra acheter des jours de congés à ses salariés ?

B A : S’ils se mettent d’accord, dans le cadre du volontariat, oui.

J-J B : En ce qui concerne le travail le dimanche, là aussi il faut garder le volontariat ou pas ?

B A : Certainement, à titre personnel, je suis assez prudent sur le travail le dimanche, bien que ma profession de médecin m’ait habituée à ne pas regarder les jours de la semaine où l’on travaille. Néanmoins je trouve qu’une journée de tranquillité, de paix, sans être obsédé par la consommation, ça va bien dans mon caractère.

J-J B : Donc on n’impose pas le travail le dimanche à ceux qui ne veulent pas ?

B A : Certainement pas, la dessus je suis convaincu et je crois qu’il ne faut pas en faire trop pour le travail le dimanche. Le dimanche est un jour où il faut un peu souffler, se retrouver en famille, retrouver ses bases, aller au club de foot, au rugby, c’est important.

J-J B : Cette fameuse exonération de redevance télé qui bénéficie à 800 000 foyers modestes. Apparemment on a trouvé un accord : c'est-à-dire que ces foyers modestes paieront une redevance de moitié moins chère, 58 euros, c’est ça ?

B A : Ce n’est pas encore finalisé mais c’est l’idée sur laquelle travaille le gouvernement. Permettez-moi de revenir sur ce qu’il s’est passé, il y a trois ans. Il y a eu une importante simplification administrative. Impôts locaux et redevance, tout a été regroupé. Cela a permis d’économiser 1500 postes, redéployés sur d’autres tâches. Nous avons fait des économies. Maintenant, ce que nous voulons, c’est aider ceux qui sont en difficulté avec cette mesure. Il y aurait une sorte de fiscalisation de cette redevance (ndlr : c’est à dire indexée sur le revenu), que ça ne me gênerait pas, à terme. Pour cette année il y aura une mesure qui viendra aider les familles les plus modestes.