BFMTV

Le monde commémore le 70e anniversaire de la libération d'Auschwitz

L'entrée du camp de concentration nazi d'Auschwitz, en Pologne, libéré il y a 70 ans (photo d'illustration).

L'entrée du camp de concentration nazi d'Auschwitz, en Pologne, libéré il y a 70 ans (photo d'illustration). - Joel Saget - AFP

Auschwitz libéré par l'Armée rouge, c'était il y a 70 ans. En cet anniversaire historique, les représentants de 38 pays se rendent dans l'ancien camp de concentration pour commémorer cette date et rendre hommage aux victimes des nazis. Une série de commémorations est également prévue en France.

Auschwitz. Fui il y a 70 ans, lieu de convergence ce mardi. Présidents, Premiers ministres et têtes couronnées se rassemblent pour commémorer l'anniversaire de la libération du camp de concentration polonais par l'Armée rouge, le 27 janvier 1945. Un moment de recueillement qui se tient dans un climat de tension.

Climat tendu à Auschwitz

Trente-huit pays seront représentés à Auschwitz pour rendre hommage aux victimes du camp de concentration. Mais les commémorations se feront sans Vladimir Poutine. Le président russe a annoncé jeudi qu'il ne souhaitait pas participer aux cérémonies, affirmant qu'il n'a pas été officiellement invité par le musée du camp d'Auschwitz. La Russie sera donc représentée par le chef de l'administration présidentielle, Sergueï Ivanov.

François Hollande sera lui bien présent. Le président de la République s'envolera pour la Pologne mardi après-midi pour assister aux côtés de son homologue allemand à la cérémonie principale devant le mémorial de Birkenau, lieu d'extermination d'un million de juifs européens. Il sera accueilli à 15 heures par le président polonais, Bronislaw Komorowski, qui ouvrira ensuite la cérémonie par une allocution.

300 rescapés des camps présents

Trois cents survivants feront également le déplacement afin de se recueillir le temps d'"un dernier anniversaire rond, célébré en présence d'un groupe important de survivants", souligne Piotr Cywinski, directeur du musée du camp d'Auschwitz, qui organise cet événement. Un ancien prisonnier juif prendra d'ailleurs la parole, juste après le président polonais.

La cérémonie se poursuivra par la présentation des 18 piliers du souvenir. A 17 heures, les représentants des Etats et des survivants entameront une procession vers le monument aux victimes, où des bougies seront déposées devant les plaques commémoratives. La cérémonie se terminera vers 18 heures. A 20 heures, François Hollande s'entretiendra à Cracovie avec son homologue polonais, avant de rentrer à Paris. Il ne prendra pas la parole sur place afin de respecter ce "temps de recueillement", précise l'Elysée. François Hollande est le quatrième président à commémorer la libération d'Auschwitz.

Commémorations en France

Avant de partir à Auschwitz, François Hollande se rendra mardi à 9h30 au Mémorial de la Shoah à Paris, dans le 4e arrondissement, où il rendra hommage, en présence d'une centaine de survivants des camps, aux 75.000 Juifs de France déportés sous le régime de Vichy. Une centaine de survivants assisteront à la cérémonie, organisée dans le musée situé dans le quartier du Marais à Paris. A 18 heures, la flamme, située sous l'Arc de Triomphe à Paris, sera ravivée par l'Union des déportés d'Auschwitz. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, assistera de son côté à la cérémonie officielle à la mémoire des victimes de la Shoah en France, à la maison de l'Unesco, à 19h30.

Lundi, la série de commémorations avait déjà commencé. En France, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education nationale, et Serge Klarsfeld, président des Fils et Filles des Déportés Juifs de France, ont présenté en avant-première "Auschwitz, l'Histoire de deux Albums", un projet transmédia pédagogique. Au siège de l'Unesco, l'orchestre symphonique de Jérusalem rend hommage à 19 heures en musique aux victimes de la Shoah.

Le 29 janvier, Arte diffusera le documentaire "Chronique d’un film inachevé : images de la libération des camps", tourné en 1944-1945 par les opérateurs des armées alliées. Une oeuvre tombée dans l'oubli, et dont les images sont pour la plupart encore inédites.

A. Dt avec AFP