BFMTV

Le cachalot de Rennes était une création d'artistes pour la cause écologique

Le faux cachalot de Rennes.

Le faux cachalot de Rennes. - Capture d'écran d'une vidéo de Julien Joly sur Youtube

Des passants ont découvert vendredi matin un cachalot d'une quinzaine de mètres gisant sur un quai à Rennes. Très réaliste, la bête n'est pourtant que la création d'un collectif belge en marge du festival "Les tombées de la nuit", cherchant à sensibiliser les spectateurs à la cause écologique.

Le stratagème aura berné son monde quelques heures. Ce vendredi, les Rennais découvrent éberlués dans la matinée ce qu'ils croient d'abord être le corps d'un cachalot échoué près du quai Saint-Cyr. L'endroit est situé au bord de la Vilaine et en plein centre-ville.

Un bien beau bébé

Bientôt, des individus vêtus de combinaisons blanches d'experts s'affairent autour du cétacé et établissent un périmètre de sécurité. 

L'animal mesure 17 mètres de long et pèse 1,5 tonne. La police de Rennes n'hésite pas à mettre en scène la nouvelle sur les réseaux sociaux. 

"Les gens sentent que leur lien à la nature est perturbé"

Seulement voilà, le cachalot, pourtant si réaliste, est une oeuvre d'artiste, ou plutôt d'un groupe d'artistes. Le collectif belge "Captain Boomer", qui se cache derrière cette blague animalière, n'en est pas à son coup d'essai. Il a déjà mené des opérations similaires ailleurs en Europe comme à Anvers ou à Londres. 

L'idée était d'annoncer l'ouverture du festival d'art urbain "Les tombées de la nuit". Mais les artistes ont aussi une préoccupation plus haute: sensibiliser le public aux menaces entourant l'environnement et certaines espèces. Cités par Le Figaro, ils expliquent que leur oeuvre est aussi "une immense métaphore du dysfonctionnement de notre système écologique. Les gens sentent que leur lien à la nature est perturbé."

R.V