BFMTV

La Mairie de Paris incinère par erreur le corps d’une femme de confession juive

Le fils de la défunte venait se recueillir deux fois par an sur la tombe de sa mère, enterrée au cimetière parisien de Thiais (photo d'illustration).

Le fils de la défunte venait se recueillir deux fois par an sur la tombe de sa mère, enterrée au cimetière parisien de Thiais (photo d'illustration). - FREDERICK FLORIN / AFP

Le fils de la défunte n’a pas été prévenu lorsque la concession funéraire est arrivée à échéance. Il a décidé de porter plainte contre la Mairie de Paris.

Malgré les excuses de la mairie de Paris, la douleur ne passe pas. Michel Burtin a porté plainte le 14 mai dernier auprès du parquet de Nanterre pour "atteinte au respect dû aux morts" et "voie de fait".

La mairie de Paris a incinéré, par erreur, en mars 2017, le corps de sa mère, de confession juive. Or, comme l’explique France Inter qui révèle cette affaire, ce procédé est interdit dans le judaïsme.

La tombe était vide

Décédée en 2012, Antoinette Frenk était enterrée dans le carré social du cimetière parisien de Thiais. Mais lorsque la concession funéraire est arrivée à échéance, son fils, Michel Burtin n’en a pas été averti. C’est lors de l’une de ses visites au cimetière qu’il s’est rendu compte que la tombe de sa mère était vide. Il n’y avait plus de plaque d’identification.

Selon lui, la mairie de Paris aurait exhumé le corps d’Antoinette avant de pratiquer une crémation et de disperser les cendres, "à peine un mois après la date limite, sans que personne ne me prévienne, regrette Michel Burtin. Ça devient cynique quand on sait que, non seulement ma mère est d'origine juive, mais qu'elle a été une survivante de la Shoah."

La Mairie envoie une lettre d'excuses

Après des mois de démarches qui n’ont pas abouti auprès du Défenseur des droits, il a décidé de porter plainte. "De qui on se moque? De madame Frenk? Elle n'a plus de sépulture, et mon client ne peut plus se recueillir", s’indigne son avocat, Me Axel Metzker.

La mairie de Paris a envoyé un courrier d’excuses à Michel Burtin. Elle précise que, pour éviter ce genre d’erreur à l’avenir, un formulaire sera adressé aux familles.

H.M.