BFMTV

La France face à une épidémie de diabète ?

taux de prévalence du diabète en France en 2007, par départements (Régime général de l'Assurance Maladie)

taux de prévalence du diabète en France en 2007, par départements (Régime général de l'Assurance Maladie) - -

Le diabète est en hausse en France, selon les chiffres de l'Assurance Maladie. Et si les traitements et les diagnostics progressent, certains points sont encore sensibles.

Il y a en France 2,5 millions de personnes traitées pour du diabète, soit environ 4% de la population. Ces chiffres viennent d'être publiés par l'Assurance Maladie, alors que la Journée Mondiale du diabète se tient ce vendredi. L'organisme parle même de véritable épidémie et s'inquiète car la maladie progresse à un rythme beaucoup plus rapide que les prévisions.

Il y a cependant une bonne nouvelle : les diabétiques vivent plus longtemps, les traitements se sont améliorés et l'espérance de vie aussi. Autre facteur positif, le dépistage s'est intensifié. On détecte aujourd'hui plus de cas qu'il y a quelques années.

Mais ces deux bonnes nouvelles ne suffisent pas pour expliquer cette explosion de cas de diabète. Car les véritables problèmes sont le manque d'activité physique et la mauvaise alimentation. Résultat : surpoids et obésité. Deux facteurs qui favorisent l'apparition du diabète, ce phénomène touchant surtout les milieux les plus populaires. Et le constat est d'autant plus inquiétant, que la France semble suivre le modèle américain avec quelques années de retard. Avec 4 % de Français qui souffrent de diabète, notre pays se situe au même niveau que les Etats-Unis en 1998. Aujourd'hui, 8% des Américains sont diabétiques.

« Des diagnostics encore trop tardifs »

Le professeur Patrick Vexiau, chef du service diabétologie à l'hôpital Saint-Louis à Paris, explique pourquoi il est important de mener une véritable politique de dépistage précoce : « Quand on diagnostique le diabète, on se trouve déjà dans 10 à 15% des cas avec des complications. Or, on sait qu'il faut au moins une dizaine d'années pour que ces complications apparaissent. Ca veut dire qu'il y a probablement actuellement en France environ 500 000 personnes qui sont diabétiques et qui ne le savent pas, parce qu'ils n'ont pas fait faire d'examen de dépistage. Malheureusement, en tant que diabétologue, on voit encore aujourd'hui beaucoup de gens qui nous sont adressés par des services de cardiologie, car c'est eux qui ont fait le diagnostic à l'occasion d'un infarctus, une complication grave du diabète ».

« Le Nord et la Seine-Saint-Denis plus touchés »

Toute la France n'est pas touchée de la même manière. Le quart Nord-Est du pays, les Dom-Tom, et la Seine-Saint-Denis sont les plus atteints. Le professeur Vexiau explique ces disparités géographiques : « D'abord il y a l'explication liée à l'alimentation. Il est clair que le surpoids et l'obésité sont plus développés dans le Nord de la France, parce que l'alimentation y est particulièrement grasse, parce que les gens boivent de la bière qui apporte beaucoup de calories sous la forme d'alcool et de sucre. Donc c'est des facteurs alimentaires qui vont jouer un rôle. Vous avez aussi des régions touchées à cause des facteurs génétiques : par exemple la Seine-Saint-Denis est très touchée parce qu'on a affaire à des populations de migrants qui viennent de pays où le diabète touche 10 ou 12% de la population ».

La rédaction et Yannick Olland