BFMTV

La fille de Jacqueline Sauvage sur BFMTV: "Elle n'y croyait pas"

"Elle ne sait plus trop où elle en est, elle se demande si c'est réel", a témoigné l'une des filles de Jacqueline Sauvage sur BFMTV. "On va pouvoir enfin vivre", a-t-elle ajouté.

"Elle n'a pas encore réalisé ce qui lui arrive", a déclaré ce jeudi sur BFMTV Carole Marot, la fille de Jacqueline Sauvage. "Elle ne sait plus trop où elle en est, elle se demande si c'est réel, si ce n'est pas réel. Hier soir, elle a eu du mal à s'endormir", a-t-elle ajouté au sujet de sa mère qu'elle est allée chercher à sa sortie de prison. Mais elle a indiqué: "elle est heureuse de retrouver sa famille, elle est heureuse de nous retrouver".

"Pour nous, c'est un grand soulagement"

L'annonce surprise de la grâce de Jacqueline Sauvage mercredi a été pour les proches de Jacqueline Sauvage "un bouleversement". "C'était génial, on était tous heureux, c'était inattendu. Pour nous, c'est un grand soulagement, on va pouvoir enfin vivre", s'est réjouie Carole Marot.

"Elle n'y croyait pas, même quand elle l'a appris hier, une heure après tout le monde. Elle a dit: 'non c'est pas possible'," a ajouté Carole Marot, qui a indiqué que Jacqueline Sauvage et ses proches s'exprimeraient prochainement.

La fille de Jacqueline Sauvage a également tenu à remercier François Hollande. "C'est un homme humain, il nous a compris." Carole Marot a aussi remercié "toutes les personnes qui nous ont soutenus, de la France entière".

"Quatre ans de prison, ça marque"

Carole Marot a indiqué que sa mère avait beaucoup changé durant son incarcération. Elle l'a trouvée "fatiguée, affaiblie, vieillie". "C'est sûr que quatre ans de prison, ça marque."

Jacqueline Sauvage, dont le cas avait suscité une intense mobilisation, est sortie de prison mercredi après avoir été graciée totalement par François Hollande. Elle avait été condamnée à dix ans de prison en octobre 2014, puis en appel en décembre 2015, pour avoir tué son mari, qui la frappait depuis quarante-sept ans et avait abusé de ses enfants. 

Céline Hussonnois-Alaya