BFMTV

L'évacuation de Notre-Dame-des-Landes reprend, "dernière sommation" des gendarmes

Les expulsions ont repris ce mardi à 6 heures à Notre-Dame-des-Landes, après une première journée marquée par des affrontements.

Après une nuit relativement calme dans la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), l'opération d'expulsion a repris ce mardi matin. Face aux gendarmes, les zadistes ont redoublé de détermination:

"Les mouvements ont été renforcés, ils peuvent de nouveau faire usage de différents types de projectiles, et les gendarmes eux aussi essayent de répliquer à grand renfort de grenades lacrymogènes", rapporte notre journaliste présent sur place.

Les gendarmes ont annoncé qu'il s'agissait de la "dernière sommation" avant de repousser les zadistes, équipés de "pierres et de "bouteilles en verre". Les affrontements ont repris : tôt ce matin, des zadistes ont tiré une fusée vers l'un des hélicoptères de la gendarmerie qui survolait la ZAD, sans l'atteindre. Comme hier, les forces de l'ordre font face aux occupants et tirent des grenades lacrymogènes pour tenter de les disperser. Le ministre de l'Intérieur précise qu'il reste une vingtaine de squats à démanteler. 

15 squats évacués durant la première journée

La gendarmerie a dégagé 6 barricades en feu sur la RD281 durant la nuit, au cours de laquelle n'y a eu ni blessé ni interpellation. L'opération d'expulsion de la ZAD, toujours occupée depuis l'abandon du projet d'aéroport en janvier, a démarré à 6 heures du matin lundi.

Lors de cette première journée, 13 squats ont été évacués et 10 personnes ont été expulsées. Sept personnes ont été interpellées et placées en garde à vue. Un gendarme a été blessé à l'oeil. Selon Nicole Klein, la préfète de la région Pays-de-la-Loire, l'objectif est de démanteler "une quarantaine de squats". 

Échauffourées lors de la première journée

Des affrontements ont eu lieu durant l'évacuation; les gendarmes ont répondu à des jets de projectiles et de cocktails Molotov par des tirs de grenades lacrymogènes et de grenades assourdissantes. Des destructions ont également eu lieu, et plusieurs manifestations ont été organisées lundi soir en soutien aux occupants de Notre-Dame-des-Landes. 

L'opération d'expulsion a repris ce mardi à 6 heures. "Plus ça va aller, plus ça va être compliqué", estimait lundi Nicole Klein. "On a fait le plus simple", avait-elle ajouté. De fait, les zadistes appellent ""tous ceux qui le peuvent à se rendre sur place dès l'aube" ce mardi "pour faire obstacle" aux forces de l'ordre.

B.P.