BFMTV

L'été prochain, les Parisiens se baigneront dans le bassin de La Villette

Aperçu de la piscine flottante Joséphine-Baker à Paris

Aperçu de la piscine flottante Joséphine-Baker à Paris - Flickr / Shoko Muraguchi / cc

La mairie de la capitale devrait déposer une demande de travaux pour la construction de trois bassins le long du quai de la Loire, dans le 19ème arrondissement.

Cet été, la piscine sera en plein air pour les Parisiens. Et elle sera géante. Selon une information de nos confrères de franceinfo et de 20minutes.fr, la mairie de Paris doit déposer, début novembre, "une délibération d’autorisation relative aux travaux du projet de baignade publique dans le bassin de la Villette", au prochain conseil de la ville. 

Ce projet, qui se compose de trois grands bassins (un pour les enfants, un plus grand et un autre plus profond réservé aux nageurs) tous reliés les uns aux autres, grand comme deux piscines olympiques, s'inscrit dans le cadre du programme d'Anne Hidalgo, "Nager à Paris". Selon les informations de nos confrères, cet espace, entièrement gratuit, sera installé le long du quai de la Loire dès le mois de juillet 2017. 

A noter, enfin, que les frileux se rassurent: faire trempette dans ces bassins ne sera autorisé qu'entre le mois de juillet et le mois de septembre uniquement, 10h par jour et sous surveillance.

Se baigner dans la Seine reste interdit

Ces piscines seront donc (presque) naturelles: l'eau sera bien celle du bassin de la Villette et non pas une piscine flottante, comme la piscine Joséphine-Baker, quai François-Mauriac, dans le 13ème arrondissement. La question de la qualité de baignade reste donc posée. C'est, notamment, pour des raisons sanitaires (et une amende de 15 euros) que piquer une tête dans la Seine ou les canaux de Paris reste interdit depuis un arrêté municipal de... 1923. 

D'autant qu'il y a seulement quelques jours, la bagatelle de 25.000 mégots ont été ramassés autour de ce bassin en seulement une heure et demie par l'ONG Surfrider. Fin août, pourtant, la Fluctuat, une course en eau vive avait été autorisée dans ce même bassin. La mairie de Paris souhaitait alors prouver l'amélioration de la qualité de l'eau. 

Xavier Allain