BFMTV

L'analyse de la revendication du FRA

Le texte de revendication laisse perplexes les experts en terrorisme

Le texte de revendication laisse perplexes les experts en terrorisme - -

Le texte envoyé par le Front Révolutionnaire Afghan laisse sceptique les experts qui y voient plus certainement la signature de l'ultragauche. Décryptage avec un ancien membre de la DST.

Voici le texte de revendication reçu par l'AFP : Nous sommes du Front Révolutionnaire Afghan. Nous avons placé plusieurs bombes dans le magasin Printemps Homme Haussmann, une d'elle se situe au 3e étage dans les toilettes derrière la chasse d'eau vous la trouverez (dans le premier toilette en rentrant), si vous ne faites pas intervenir quelqu'un avant le mercredi 17 décembre elles exploseront. Faites parvenir ce message a votre président de la république qu'il retire ces troupes de notre pays (l'afghanistan) avant fin février 2009 sinon nous repasserons a l'action dans vos grands magasins de capitaliste et cette fois ci sans vous en avertir... je vous assure que ce n'est pas un canular donc prévenez très vite les autorités compétentes ou vous aurez du sang sur les mains. FRA Vive l'Afghanistan libre

Pas le langage d'Al Qaïda

Louis Caprioli a été responsable de la lutte antiterroriste à la DST de 1998 à 2004. Il analyse le texte de revendication : « Il n'a aucune référence religieuse. C'est totalement surprenant pour une revendication islamiste. On n'a pas de sourate introductive, pas de référence à Dieu. Et le langage utilisé n'est pas le langage traditionnel de la mouvance Al Qaïda. Al Qaïda nous a déjà menacés, les Talibans pakistanais, les Talibans afghans nous ont déjà menacés. Si c'était eux, il y aurait eu des attentats non pas des tentatives. C'est pour ça que j'écarte complètement la piste islamiste, pour l'instant. »

Plutôt une référence marxiste-léniniste

Louis Caprioli préfère envisager une mouvance d'ultra-gauche derrière cette mise en garde : « Cet adjectif "capitaliste" on a une référence plutôt à la mouvance marxiste-léniniste. La mouvance radicale de l'ultragauche. Ça nous renvoie à des gens qui eux aussi sont hostiles à la présence des Français en Afghanistan. Alors peut-être y a-t-il eu des gens, issus de cette zone afghane, en contact avec des gens de l'ultragauche, c'est possible. Ce qui est certain, c'est que ces gens ne voulaient pas commettre d'attentat. Ils ont posté une lettre lundi pour qu'elle arrive à destination à l'AFP, pour que l'AFP prévienne les services de police. Heureusement, ces explosifs ne comportaient même pas de systèmes de mise à feu. »

La rédaction