BFMTV

Juncker: la loi Travail n'est "pas un attentat contre le droit du travail"

Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, estime que la grève doit cesser en France.

Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, estime que la grève doit cesser en France. - JOHN THYS - AFP

La loi Travail n'est "pas un attentat contre le droit du travail", a estimé ce mardi le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, qui a plaidé pour le maintien de son très contesté article 2.

"Ce n'est tout de même pas une réforme monstre" et "pas un attentat contre le droit du travail français", a déclaré le président de la Commission européenne lors d'un déjeuner organisé à Paris par l'Association de la presse présidentielle (APP) française. Pour Jean-Claude Juncker, "le projet de loi tel qu'il est conçu, à condition que l'article 2 (sur la primauté des accords d'entreprises, NDLR) arrive à survivre, est une réforme qui va dans le bon sens".

"Il faut savoir arrêter une grève"

Disant connaître "trop bien la France pour être surpris par la réaction" suscitée par le projet de loi Travail, Jean-Claude Juncker a confié avoir "suivi toutes les évolutions du droit du travail français" depuis des décennies, même s'"il faut dire qu'il n'y en avait pas beaucoup". Ainsi, pour Jean-Claude Juncker, "qu'on élimine un certain nombre de rigidités semble être un geste législatif approprié". D'ailleurs, a-t-il ajouté pour conclure, "arrivant à Paris, je dois tout de même dire: il faut savoir arrêter une grève".

A.M avec AFP