BFMTV

Harvard: un ouvrage relié en peau de femme retrouvé dans la bibliothèque

La bibliothèque de Houghton sur le campus de la prestigieuse université de Harvard.

La bibliothèque de Houghton sur le campus de la prestigieuse université de Harvard. - -

Des analyses ADN ont montré qu'un ouvrage de la Hougthon Library serait protégé d'une couverture confectionnée avec la peau d'une femme. Une macabre découverte que vient corroborer une note du propriétaire de cet exemplaire, un médecin français du XIXe siècle.

La Hougthon Library, qui n'est autre que l'une des bibliothèques de la prestigieuse université américaine d'Harvard, comporte de bien curieux ouvrages. L'un d'entre eux en particulier est remarquable, non pas en raison de son contenu, mais par sa couverture et sa reliure confectionnées avec... la peau d'une femme.

L'ouvrage français daté du XIXe siècle et intitulé Des destinées de l'âme est signé d'Arsène Houssaye (1814 - 1896), un écrivain contemporain de Baudelaire. Le blog de la Hougthon Library rendait compte mercredi de cette improbable et macabre découverte.

Caveat Lecter: laboratory testing proves Houghton book is bound in human skin: http://t.co/D42mXkj9iG pic.twitter.com/ROY7d1SsCc
— Houghton Library (@HoughtonLib) 5 Juin 2014

Bill Lane et Daniel Kirby, les scientifiques qui ont mené les analyses ADN, expliquent avoir procédé par élimination et conclu que cette peau serait à "99,9%" de la peau humaine.

Une patiente morte d'une crise cardiaque

Mais à qui a bien pu appartenir cette peau? Il s'agirait de celle d'une patiente du docteur Ludovic Boulland (1839-1932) atteinte d'une maladie mentale et décédée d'une crise cardiaque. Le médecin était un ami de l'auteur et le propriétaire de cet exemplaire qu'on espère unique.

Une note du médecin confirme les soupçons des scientifiques quant à l'origine de cette peau. Son commentaire fait froid dans le dos: "Ce livre est relié en peau humaine parcheminée, c'est pour lui laisser tout son cachet qu'à dessein on n'y a point appliqué d'ornement. En le regardant attentivement, on distingue facilement les pores de la peau. Un livre sur l'âme humaine méritait bien qu'on lui donne un vêtement humain: aussi lui avais-je réservé depuis longtemps ce morceau de peau humaine pris sur le dos d'une femme."

Le collectionneur indique aussi posséder un autre ouvrage, plus petit, et également relié avec de la peau humaine, mais précise-t-il, tannée à l'aide d'un autre procédé.

David Namias