BFMTV

CAFE INSOLITE - Le doudou retrouvé grâce à Twitter

-

- - -

Tout au long de la journée, BFMTV.com sélectionne pour vous les infos les plus croustillantes. Les infos insolites dénichées ce lundi: l'amour est dans le jardin, la folle course d'un journaliste et des os pour voler.

> Elle retrouve son doudou grâce à une mobilisation sur internet

C'est un miracle de Noël que vient de connaître Phoebe, une petite fille britannique. Vendredi, une Londonienne retrouve un ours en peluche à la gare King's Cross. Elle décide alors de mobiliser Twitter pour retrouver son propriétaire en publiant la photo du doudou abandonné.

Found this well loved little dude on an East Coast train at Kings Cross - let's find the owner, Twitter! pic.twitter.com/nKB5CMkApM
— Lauren Bishop Vranch (@laurenannbishop) 13 Décembre 2013

Puis, à la manière du nain du Fabuleux destin d'Amélie Poulain, elle le prend en photo dans différentes situations et à différents endroits.

Waiting for the show to start #lostbear pic.twitter.com/ZzPgk4VMsU
— Lauren Bishop Vranch (@laurenannbishop) 13 Décembre 2013
#lostbear looking out at the Newcastle morning, ready for the journey back pic.twitter.com/tsfvwR5jnc
— Lauren Bishop Vranch (@laurenannbishop) 14 Décembre 2013

Les photos sont rapidement relayées par de nombreux internautes et notamment le groupe Teddy Bear Lost And Found, spécialisé dans ce genre de mission. La maman de la petite Phoebe est ainsi tombée sur la photo et a pu consoler sa fille qui ne se remettait pas de la disparition de son bien-aimé Roar.

> Il trouve l'amour en passant une annonce dans son jardin

Oubliés les sites de rencontre ou de les petites annonces dans la presse, Roger-Marc Grenier a trouvé une autre solution pour trouver l'amour. Au printemps ce nonengénaire avait écrit une petite annonce sur un panneau planté dans son jardin: "Cause décès, cherche dame pour vie commune 70-80 ans avec ou sans voiture. Tél…". Et ça a marché, Sud-Ouest (qui avait parlé de la petite annonce en avril) raconte lundi l'histoire de ce Libournais de 91 ans et sa nouvelle compagne, Yoyo, 86 ans, qui l'a rencontré grâce à l'annonce.

"Le premier jour où elle est arrivée ici, nous nous sommes couchés dans le même lit. On veut retrouver une vie de famille, tout simplement […]. J’ai rencontré certaines femmes qui souhaitaient passer du temps, simplement causer. Mais moi, je veux quelqu’un pour m’accompagner, sur qui je peux compter. On s’en va promener le chien, on mène une vie normale de ménage", confie Roger-Marc au journal.

Mais que ce soit par panneau planté dans le journal, site de rencontre, ou voie plus classique, aucune méthode ne promet un amour garanti à vie. "Je lui ai tout de même dit que, s’il m’agaçait, je retournais dans mon appartement", prévient Yoyo.

> Bataille de pères Noël à New York

Si vous croyez toujours au père Noël, sachez que cette histoire ne le concerne pas. Une bagarre de faux pères Noël a eu lieu dans les rues de New York samedi soir. Il s'agissait vraisemblablement de membres de la SantaCon. Les faux pères Noël ont l'habitude de se retrouver tous les ans pour la SantaCon, convention qui réunit les hommes déguisés en père Noël et dont le programme comprend notamment une tournée des bars. On ignore si la mère Noël est à l'origine de la bataille.

On dit parfois que les journalistes sportifs sont des sportifs ratés qui n'ont pas su (pu) réaliser une carrière professionnelle. Mais ce métier offre aussi la possibilité de vivre des événements hors du commun. Ainsi, Cédric Picaud de France 3 Alpes a défié le sprinteur français Christophe Lemaitre. Soit le premier blanc passé sous la mythique barre des 10 secondes dans la discipline dominée par le Jamaïcain Usain Bolt.

Battu, le journaliste ne s'est pas débiné. "Sévère mais juste", a-t-il commenté avant de sourire aux reflexions du coah de Christophe Lemaitre, Pierre Carraz.

Quand il court, "c'est fluide, ça a al'air simple", a commenté Cédric Picaud avant d'avouer ne pas avoir su "quoi faire de ses bras".

> Un journaliste défie Christophe Lemaitre au 100m

> Les morts ne savent pas voler

Pourtant, un Indonésien croyait que les dépouilles, piquées dans des cimetières, lui permettraient de voler. Resi Rokhis Suhana, 27 ans, a été interpellé en possession d'ossements et de pièces de linceuls (utilisés par les musulmans pour enterrer les morts), ainsi que de sous-vêtements féminins et d'une faucille, rapporte l'AFP.

Piller les sépultures devait lui octroyer un super pouvoir dit du "Chevalier magique ultime". Outre de réaliser le rêve d'Icare, l'homme espérait aussi devenir invisible.

Dans un pays, l'Indonésie, où la magie noire reste relativement courante, Resi a été interné et devrait subir de plus amples examens psychiatriques.

S.A. et K. L.