BFMTV

Incendies: les pompiers luttent contre le feu... et la fatigue

Voilà deux jours que les pompiers sont mobilisés dans le sud-est de la métropole et en Haute-Corse pour lutter contre les incendies. Des conditions de travail éprouvantes pour des hommes qui combattent les flammes et la fatigue.

Depuis lundi, ils travaillent sans relâche. Deux jours à tenter de contrôler les flammes et éteindre les foyers. Et seulement quelques heures de repos à grappiller. La fatigue monte chez les pompiers mobilisés dans le Var, le Vaucluse, les Alpes-Maritimes et la Haute-Corse. Pour en réduire les effets, certains gestes sont indispensables: faire des pauses dès que possible, bien s’hydrater et organiser un système de rotation efficace entre les postes à risques, ceux plus éloignés des flammes et les pompiers qui récupèrent.

"On travaille 1h30 d’affilée maximum avant d’être relayé par nos collègues pour repartir juste derrière", confie Fabien, sapeur-pompier du Var, mobilisé à Ramatuelle.

Faire attention au surmenage

L’objectif est clair: éviter la fatigue et faire attention au surmenage. "Il faut surtout savoir écouter son corps. Quand on a un coup de chaud, il faut le dire au chef et éviter de se mettre en danger", pour Fabien. Alexandre, conducteur d’un camion à eau et qui vient de passer 24 heures près des incendies, va lui enfin pouvoir se reposer: "Je vais rentrer à la caserne, prendre une bonne douche, bien manger et me reposer avant de repartir pour de nouvelles aventures", sourit-il.

Au total, ce sont près de 4.000 pompiers qui sont mobilisés face aux flammes. Pas assez selon le colonel Éric Faure, président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France, qui réclame plus de moyens en homme et en matériel.

"L’investissement nécessaire à l’achat des matériels a diminué de 25% ces cinq dernières années. Le nombre de casernes ainsi que le personnel volontaire ou professionnel diminuent aussi", a-t-il déclaré mardi sur BFMTV.

Mardi, cinq pompiers isérois mobilisés dans le Vaucluse ont été blessés dont deux grièvement aux membres supérieurs.

B.C.