BFMTV

"Ils nous ont volé notre manifestation": Patrick Pelloux accuse des casseurs de s'être  "infiltrés" parmi les soignants

L'urgentiste, extrêmement remonté, a accusé des casseurs "avec des t-shirts Adama Traoré" de s'être immiscés dans la manifestation.

Les événements ont dégénéré ce mardi, sur l'esplanade des Invalides de Paris. Alors qu'était organisée une manifestation des personnels soignants, plusieurs incidents ont éclaté, provoquant des tirs de grenades lacrymogènes de la part des forces de l'ordre. A 16 heures, 16 personnes avaient été interpellées, d'après le préfecture de police de Paris

Quelques minutes plus tard, à l'antenne de BFMTV, Patrick Pelloux, président de l'Association des médecins urgentistes de France, a eu bien du mal à cacher son agacement. "On est totalement écœurés, vraiment c’est dégueulasse", a-t-il affirmé. 

"C’est scandaleux de squatter et saccager la manifestation des soignants"

Selon lui, "la manifestation se passait très bien" puis "on a vu arriver des gens avec des t-shirts Adama Traoré, qui ont brûlé deux voitures, et les exactions contre les forces de l’ordre ont commencé."

"C’est scandaleux de squatter et saccager la manifestation des soignants. Ce ne sont pas les soignants qui sont responsables des exactions sur l’esplanade des Invalides. Ce n’est pas nous, nous c’était une manifestation pacifique pour revendiquer des choses que tout le monde comprend pour les hôpitaux, et ce sont des casseurs, des voyous qui n’avaient rien à faire dans cette manifestation, qui ont fait ces exactions", a-t-il encore dénoncé.

L'urgentiste a ensuite accusé des casseurs d'avoir infiltré la manifestation en se "déguisant" en soignants.

"Je suis formel, ils se sont déguisés en soignants, et ils nous ont piqué, ils nous ont volé notre manifestation. Ils se sont infiltrés dans la manifestation, ils ont manipulé le truc", a-t-il poursuivi.

Assa Traoré demande des preuves 

Toujours à l'antenne de BFMTV, Assa Traoré, fondatrice du Comité vérité et justice pour Adama et soeur du jeune homme mort après son interpellation, également présente sur place, souligne que de son côté la manifestation s'est convenablement déroulée et que sa "présence était légitime et citoyenne."

"Ils étaient là samedi près de nous pour dénoncer la violence raciale. J'ai eu le Covid-19 et j'ai été soignée très convenablement, ils le méritent", a-t-elle ajouté à propos des soignants.

En ce qui concerne les accusations de l'urgentiste, cette dernière a rétorqué que "Patrick Pelloux affirme avoir vu des t-shirt 'Justice pour Adama'" et exige des preuves: "c'est honteux et scandaleux, on exige des images", a-t-elle ajouté. 

De nouvelles actions dans un futur proche 

En fin de journée, le Collectif Inter-Hôpitaux a diffusé un communiqué dans lequel il "se félicite de la mobilisation de plusieurs dizaines de milliers de manifestants dans l'ensemble du pays." En revanche, les incidents parisiens n'ont pas été évoqués.

"La mobilisation des citoyens avec les hospitaliers va se poursuivre. Redoutant l’absence de traduction pratique du Ségur, le CIH appelle la population à des rassemblements devant les hôpitaux et les mairies dans les prochains jours", peut-on lire en guise de conclusion.
Hugo Septier