BFMTV

GDF Suez obligé d'augmenter les prix du gaz ?

GDF-Suez envisage de facturés 38 euros supplémentaires étalés sur deux ans à ses clients pour compenser le gel des tarifs entre octobre et novembre 2011.

GDF-Suez envisage de facturés 38 euros supplémentaires étalés sur deux ans à ses clients pour compenser le gel des tarifs entre octobre et novembre 2011. - -

GDF Suez a annoncé jeudi qu'il allait facturer à ses clients 290 millions d'euros pour compenser le gel des prix du gaz de la précédente majorité, qui avait été invalidé par le Conseil d'Etat. Une décision qui divise.

38 euros en moyenne étalés sur deux ans. C’est ce que devront payer les usagers de GDF-Suez. En gelant les prix du gaz entre octobre et décembre 2011, le gouvernement Fillon n'a fait que retarder l'inéluctable pour les sept millions de foyers qui se chauffent au gaz. Aujourd’hui, GDF-Suez présente la facture destiné à compenser le manque a gagné dû au blocage des prix. Concrètement, cela représente un supplément à payer d'environ 38 euros en moyenne étalés sur deux ans, pour les sept millions de foyers chauffés individuellement au gaz en France.

« Le prix du gaz augmente comme le prix du pétrole »

Jean-Marie Chevalier est économiste au centre géopolitique de l'énergie et des matières premières (Université Paris Dauphine). Selon lui, GDF-Suez n’a pas vraiment le choix : « GDF-Suez est obligé d’augmenter ses prix. 80% du gaz que l’on consomme en France est du gaz russe, algérien, néerlandais. Les compagnies comme GDF-Suez ont des contrats d’approvisionnement dans ces pays dans lesquels il est prévu que le prix du gaz augmente comme le prix du pétrole ».

« Le prix du gaz a augmenté de 4,4% au 1er janvier 2012 »

Philippe Vigier député Nouveau Centre d'Eure-et-Loir (groupe de l'Union des indépendants à l'Assemblée nationale) ne comprend pas cette augmentation : « Je m’insurge contre le fait qu’on aille faire un rattrapage sur les usagers. Il n’est pas inutile de rappeler que le prix du gaz a augmenté de 4,4% au 1er janvier 2012. Au moment où ça va mal où la crise est partout, chacun doit faire un effort. Il faut aussi être capable d’établir un nouveau mode de calcul, une formule de fixation du tarif du gaz pour en terminer avec cette indexation permanente du prix du gaz sur celui du pétrole ».

La Rédaction avec Roxane Pour Sadjadi