BFMTV

Fête des mères: des institutrices préfèrent célébrer "la fête de ceux que l'on aime"

-

- - -

Parce que certains enfants vivent des situations compliquées ou juste différentes, des institutrices ont décidé de célébrer "la fête des gens que l'on aime" au lieu des traditionnelles Fête des mères et des pères. L'initiative est largement saluée par les internautes.

Ce mot d'information en prévision de la Fête des mères s'est diffusé bien au-delà des cahiers de liaison des enfants de cette école de Prignac-et-Marcamps, en Gironde. Deux maîtresses ont décidé de célébrer "la fête des gens que l'on aime" à la place des traditionnelles Fête des mères, qui se tient dimanche, et Fête des pères, mi-juin. Une décision motivée par les "situations familiales délicates de certains enfants".

"Chers parents, Au vu de situations familiales délicates de certains enfants, nous avons décidé de fêter la "fête des gens que l'on aime" et non pas les traditionnelles fêtes des mères et pères. Chaque enfant a donc créé avec son enseignante deux objets qu'il offrira aux personnes de son choix. Les deux objets seront ramenés à la maison en même temps cette semaine. Cordialement Les maîtresses"

Cette photo a été prise par Maëva, 27 ans, qui vit en Gironde, et diffusée sur les réseaux sociaux. C'est en regardant le cahier de liaison de son fils de 4 ans qu'elle a découvert le mot lundi soir.

"J'ai trouvé cette initiative vraiment géniale parce qu'elle prône l'amour avant tout, et surtout, tous les enfants n'ont pas la chance d'avoir un papa et une maman. Mes parents sont divorcés, et si à l'époque la Fête des pères n'était pas très fêtée, je pense que si j'étais une petite fille aujourd'hui, j'aurais difficilement vécu le fait que mon papa vivait loin et que je ne pouvais pas lui donner son cadeau tout de suite, a-t-elle expliqué à Buzzfeed. J'ai trouvé ça fantastique que ça ne se borne pas à l'appellation papa et maman, surtout à notre époque. C'est l’amour le principal."

Les réactions sur Twitter ont été enthousiastes. Nombreux internautes saluent l'initiative et appellent même à la généraliser dans toutes les écoles de France.

Ce n'est pas la première fois qu'une école propose une alternative aux annuelles Fête des mères et des pères. Il y a deux ans, en Haute-Savoie, un établissement scolaire d'Allinges avait décidé de ne pas demander à ses 447 élèves de réaliser des objets à ces occasions. La décision avait été motivée par la direction pour ne pas raviver la douleur de nombreux enfants qui vivent des "situations délicates".

Une initiative similaire avait été prise à la même époque dans les deux écoles publiques de la ville d'Angoulin, en Charente-Maritime. Les directrices avaient expliqué:

"Le modèle de la famille française a beaucoup évolué. Aujourd’'hui, de plus en plus de familles sont séparées, recomposées, monoparentales, homoparentales. Les situations parfois complexes ne permettent plus aux enseignants d'’aborder ces manifestations dans la sérénité d’'un modèle unique."

Céline Hussonnois Alaya