BFMTV

Familles monoparentales: les femmes mettent plus de temps à se remettre en couple que les hommes

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. - Flickr / Hamza Butt

D'après une étude réalisée par l'INSEE, si la moitié des parents seuls retrouvent un partenaire au bout de trois ans, la durée d'attente varie en fonction du sexe. Les femmes mettraient plus de temps à se remettre en couple que les hommes.

Les femmes passent plus de temps à la tête d'une famille monoparentale que les hommes. C'est ce que vient de démontrer l'INSEE, qui a publié mercredi dernier une étude sur la monoparentalité. D'après l'institut, les mères seules mettent en moyenne 6,1 ans avant de se relancer dans une relation sentimentale, contre 4,1 ans pour les pères seuls.

Un parent sur deux retrouve l'amour après trois ans

La durée moyenne d'attente s'élève à 5,7 ans pour les deux sexes confondus. Si la moitié des parents de familles monoparentales retrouve une vie de couple au bout de trois ans, il semble plus difficile de se réengager. Ils sont 30% à être toujours célibataires au bout de huit ans, et 4% après 18 ans de séparation.

L'INSEE s'est ensuite intéressé plus précisément à la situation des femmes. Deux variables entrent en jeu pour justifier leur durée de célibat: la raison pour laquelle elles se sont retrouvées à la tête d'une famille monoparentale, et le niveau de leur diplôme.

Les femmes sans diplôme prennent plus leur temps

Les femmes séparées de leur conjoint, qui représentent 78% des mères seules, sont celles qui se relancent le plus vite dans une relation. Elles mettent en moyenne 5,4 ans avant de retrouver l'amour, contre 5,7 ans pour les veuves, et 9 ans pour les femmes ayant eu un enfant hors couple.

En ce qui concerne le diplôme, ce sont celles ayant le baccalauréat ou un diplôme inférieur qui sont les plus rapides, avec 5,5 ans d'attente en moyenne. Le durée est plus élevée pour les femmes ayant un diplôme supérieur au baccalauréat (6,4 ans), et grimpe à 7,6 ans pour les non-diplômées.

L'INSEE estime à 20% le nombre de familles monoparentales avec enfant(s) mineur(s), ce qui représente environ 1,7 million de ménages en France. Un chiffre en progression constante, puisqu'elles ne représentaient que 12% des foyers en 1990.

Céline Penicaud