BFMTV

Euro 2016: Martinez pense qu’un blocage ne donnerait pas "la meilleure image" de la CGT

Le secrétaire général de la CGT souhaite que l'Euro 2016 soit une "fête".

Le secrétaire général de la CGT souhaite que l'Euro 2016 soit une "fête". - BORIS HORVAT - AFP

A la veille de l'ouverture de l'Euro 2016 de football, le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a exprimé des doutes quant au fait de bloquer lors de la compétition, ce qui donnerait une mauvaise "image" du syndicat en pointe contre la loi Travail. 

"Je ne suis pas sûr que bloquer les supporters soit la meilleure image que l'on puisse donner de la CGT", a estimé Philippe Martinez, secrétaire général d'un des syndicats leader de la contestation contre la loi Travail, ce jeudi à l'occasion du congrès de l'Union départementale CGT du Loiret à Saran. Dans le même temps, et à un jour du début de l'Euro, le gouvernement espère d'ailleurs que chacun "trouvera la voie de la raison" selon les mots du ministre des Sports Patrick Kanner.

Le gouvernement a le choix

La CGT "souhaite que l'Euro se déroule comme une vraie fête populaire dans les stades comme dans les fan-zones", a déclaré Philippe Martinez en précisant que les militants iraient "distribuer des tracts" et discuter avec les supporters. Pour autant, le mouvement contre le projet de loi Travail "n'est pas terminé", a-t-il dit en appelant de nouvelles entreprises à rejoindre le mouvement et à l'amplifier. "Soit le gouvernement accepte la démocratie, soit le conflit dure et on fait en sorte qu'il s'élargisse. On a encore de la marge" selon le secrétaire général, mais "la balle est dans le camp du gouvernement depuis trois mois", a-t-il encore estimé.

Hollande, comme Sarkozy

Quant à la grève à la SNCF, Philippe Martinez a renvoyé la décision sur l'accord d'entreprise aux assemblées générales de cheminots et a rappelé que la lutte concernait tout autant la convention collective pour éviter à terme "le dumping social".

"On est en train de pratiquer en 2016 la même stratégie que Nicolas Sarkozy en 2010 (lors du conflit sur la réforme des retraites). On attend autre chose du président François Hollande que ce qu'a fait son prédécesseur".

A.M avec AFP