BFMTV

Déconfinement: à Paris, retour des élèves le 14 mai, trois jours après les enseignants

Photo d'illustration

Photo d'illustration - Martin Bureau - AFP

Anne Hidalgo estime qu'environ "15% des élèves" reprendront le chemin de l'école à cette date.

Les enseignants feront leur retour à l'école à Paris le 11 mai, les élèves étant eux attendus à partir du jeudi 14, selon un courrier du directeur de l'académie, la maire de Paris évoquant le retour d'environ "15% des élèves" à cette date.

"La rentrée sera très progressive", dans les écoles maternelles et primaires, prévient le directeur de l'académie de Paris Marc Teulier dans sa lettre adressée dimanche soir aux chefs d'établissements, le temps que les chefs d'établissements puissent assurer "des conditions de sécurité sanitaire maximale" dans leurs locaux.

Pas dans une "attitude de blocage"

Dimanche, 329 maires d'Île-de-France, dont la maire de Paris Anne Hidalgo, ont écrit une lettre ouverte à Emmanuel Macron pour lui demander de repousser la réouverture des écoles à une date ultérieure au 11 mai, dénonçant un déconfinement "à marche forcée".

"On estime qu'on devrait accueillir grosso modo pas plus de 15% des élèves parisiens le 14 mai. Ce sera progressif évidemment", affirme Anne Hidalgo dans une interview au Parisien.

Elle assure ne pas être "dans une attitude de blocage", ajoutant que "si l'Éducation nationale décide d'ouvrir les écoles en mai" le rôle des maires est "de faire en sorte que les écoles soient prêtes".

"Avec le recteur (...) on est plutôt sur l’idée d’accueillir le 11 mai les élèves qui sont déjà accueillis depuis le début du confinement, à savoir les enfants des personnels de santé, des pompiers, du personnel municipal, des travailleurs du commerce alimentaire et des services funéraires", indique Anne Hidalgo au Parisien

Accueillir un nombre d'élèves "en-dessous du seuil"

"À partir du 14 mai, nous travaillons sur un dispositif qui élargira ces publics prioritaires aux enfants des personnels de la RATP, aux enfants en situation de handicap ou ceux ayant décroché pendant le confinement. Seront aussi prioritaires les grandes sections de maternelle, les CP et les CM2", détaille-t-elle dans le quotidien.

En tenant compte "de la configuration des locaux", Marc Teulier encourage par ailleurs les établissements à accueillir un nombre d'élèves "en-dessous du seuil" de 15 élèves par classe, fixé par le ministère de l'Education nationale.

Selon Anne Hidalgo, la jauge devrait être "autour de 10 élèves, voire un peu moins pour les maternelles". 

Des tests "sur la base du volontariat"

La maire de Paris indique également que les personnels se verront proposer des tests "sur la base du volontariat" et ajoute qu'elle veut "aller plus loin en proposant aux parents qui le souhaiteraient que leurs enfants puissent également bénéficier de tests" via la médecine scolaire.

Un questionnaire a par ailleurs été transmis aux directeurs, et doit être retourné aux parents d'élèves pour qu'ils puissent préciser si oui ou non, ils souhaitent scolariser leurs enfants.

"Certaines familles préfèreront garder leurs enfants à domicile jusqu'aux congés d'été", anticipe le directeur, qui rappelle que "compte tenu de l’obligation d'instruction, ces familles auront à maintenir un lien régulier avec l'école, dans le cadre d’une continuité pédagogique maintenue à distance par les enseignants".

"À Paris, il n'y a pas la volonté de rescolariser les enfants", s'agace auprès de l'AFP la conseillère LaREM de Paris, proche de Cédric Villani, Anne-Christine Lang. 

Pour l'élue, également députée et membre de la commission éducation, "tout le monde savait qu'à un moment l'école allait rouvrir. Quand on est normal, on se demande comment on va rouvrir, on élabore des scenarii, des hypothèses… Là, non!". 

F.B. avec AFP