BFMTV
Education

Affaire Duhamel: Vidal annonce le lancement d'une inspection à Sciences Po Paris

Sciences Po Paris.

Sciences Po Paris. - -

Une inspection doit démarrer la semaine prochaine à Sciences Po Paris pour établir les "responsabilités" et d'"éventuelles failles" au sein de l'école sur l'affaire Olivier Duhamel, son ancien dirigeant visé par une enquête pour viols sur mineur.

Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, a annoncé, ce vendredi, dans un communiqué, lancer une inspection à Sciences Po Paris pour établir les "responsabilités" et d'"éventuelles failles" au sein de l'école sur l'affaire Olivier Duhamel, son ancien dirigeant visé par une enquête pour viols sur mineur.

"J’ai demandé à la cheffe de l’Inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche (IGÉSR) de diligenter au plus vite une mission afin d’établir la chronologie des faits, la responsabilité de chacun et les éventuelles failles dans l’organisation de la gouvernance", a-t-elle indiqué, ajoutant que cette inspection débuterait "au début de la semaine prochaine".

Olivier Duhamel est visé par des accusations d'inceste, formulées par sa belle-fille Camille Kouchner dans son livre La Familia grande (Ed. Seuil). Il a démissionné le 4 janvier de ses fonctions de Président de la Fondation Nationale des Sciences Politiques (FNSP), qui chapeaute Sciences Po Paris. Le directeur de l'IEP parisien, Frédéric Mion, est quant à lui visé par des appels à la démission émanant d'étudiants. Il a en effet été révélé par Le Monde qu'il avait été alerté dès 2019 des accusations pesant sur le constitutionnaliste.

"Protéger à la fois les personnels et l'école elle-même"

La mission d'inspection doit permettre de "protéger à la fois les personnels et l'école elle-même, de ne pas laisser s'installer dans le temps une situation préjudiciable à la bonne formation des élèves déjà fortement affectés par la crise sanitaire et à la réputation de l'établissement".

"Cette mission (...) me rendra ses conclusions dès qu'elle aura pu mener ses investigations pour que l'établissement retrouve au plus vite un fonctionnement serein", a-t-elle ajouté.

Dans un communiqué distinct, Sciences Po a assuré qu'il mettra tout en œuvre pour faciliter le travail de cette mission. "Je me réjouis de l'opportunité qui nous sera donnée de faire pleinement la lumière sur cette douloureuse affaire", a écrit Frédéric Mion.

"L'ensemble des étudiantes et des étudiants de Sciences Po, de ses personnels comme de ses chercheurs et ses enseignants, peuvent compter sur ma détermination à rendre un compte exact et exhaustif de ma gestion", a-t-il ajouté.

Clément Boutin avec AFP