BFMTV

Dieudonné: interdire ses réunions publiques est de la "censure", juge son avocat

L'humoriste controversé Dieudonné est dans le viseur du ministère de l'Intérieur.

L'humoriste controversé Dieudonné est dans le viseur du ministère de l'Intérieur. - -

Le ministère de l'Intérieur a fait savoir ce vendredi matin qu'il était en train d'étudier tous les moyens légaux possibles pour faire interdire "les réunions publiques" de Dieudonné.

Les réunions publiques avec Dieudonné pourraient bientôt être totalement bannies du territoire. "Toutes les voies juridiques" seront étudiées pour mettre fin à des réunions qui "n'appartiennent plus à la dimension créative mais contribuent (...) à accroître les risques de troubles à l'ordre public", a expliqué la Place-Beauvau. Si l'on ne sait toujours pas ce que Manuel Valls entend par "réunions publiques", les réactions ne se sont pas faites attendre.

> "Un acte de censure" selon l'avocat de Dieudonné

Selon l'avocat de Dieudonné, Me Jacques Verdier, "jamais un spectacle" de l'humoriste n'a été interdit", car, "chaque fois qu'un arrêté est pris", il est suspendu. "C'est un acte que l'on veut être de censure", s'est-il indigné, alors que le ministère a dit s'inquiéter de risques accrus "de troubles à l'ordre public" en raison des "réunions publiques" de Dieudonné qui "n'appartiennent plus à la dimension créative".

"Réunion publique, moi, je ne sais pas de quoi il s'agit. Ce que je sais, c'est que Dieudonné fait des spectacles", a défendu son conseil. "C'est, de la part des autorités, un manque de respect absolu à l'égard de tous ces gens qui viennent voir Dieudonné pour l'applaudir", a-t-il dénoncé.

"S'il y a un arrêté, le jour où Dieudonné va attaquer sa tournée, on le fera suspendre, comme on l'a déjà fait dans de nombreuses villes", a prévenu Me Verdier, évoquant une tournée commençant en janvier.

La question des troubles à l'ordre public est "un motif totalement fallacieux", a-t-il par ailleurs estimé l'avocat. "Cela impliquerait qu'il y aurait des risques de manifestations préalables ou postérieures à ce spectacle. Or, depuis des années que Dieudonné organise ses spectacles, il n'y a jamais eu le moindre incident", a-t-il assuré. "Je ne vois pas pourquoi M. Valls (...) serait le guide de la conscience du spectateur, en quoi il serait celui qui oriente vers les bons spectacles par rapport à de mauvais spectacles."

> Philippot: "Le plus comique, c'est Manuel Valls"

"Je me demande si des deux, le plus humoriste, ce ne serait pas plutôt Manuel Valls", a déclaré Florian Philippot vendredi sur RMC. "Il est ministre de l'Intérieur, il ferait bien de s'occuper des problèmes de la sécurité en France qui sont gravissimes: les agressions de personnes âgées extrêmement violentes qui se multiplient, le problème des Roms, l'ouverture totale des frontières le 1er janvier avec la Roumanie et la Bulgarie, les problèmes d'insécurité, de délinquance, de vols, de cambriolages qui explosent et Manuel Valls nous parle d'un humoriste. Je crois que c'est lui le comique en fait", a poursuivi le candidat du FN aux municipales à Forbach, en Moselle.

"S'il parle [d'interdire] ses spectacles, je trouve ça très dangereux. Interdire des spectacles d'un humoriste, là on tombe dans une dérive extrêmement préoccupante pour la liberté d'expression en France. Après, il y a des lois. S'il y a des appels à la violence, des insultes, des diffamations et que des gens se sentent concernés, ils peuvent aller devant la justice. Mais de là à interdire le spectacle d'un humoriste, je trouve cela très inquiétant pour nos libertés publiques et ça en dit long sur Manuel Valls".

Florian Philippot défend-il Dieudonné parce que ce dernier s'est déjà affiché aux côtés de Jean-Marie Le Pen? "Dieudonné s'est affiché avec Teddy Riner, avec Tony Parker, avec Yannick Noah, avec Yann Barthès, avec [le footballeur Mamadou] Sakho... tous ces gens-là sont-ils des nazis en puissance? Je ne crois pas. Je ne défends personne, je défends un principe" a conclu le vice-président du Front national.

> Cukierman: "Il faut aussi s'attaquer à la quenelle"

Roger Cukierman, le président du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France), a estimé au micro de BFMTV qu'il fallait aller encore plus loin: "Il faut évidemment interdire ses spectacles, mais il faut aussi s'attaquer au problème de la quenelle". Ce geste controversé, popularisé par Dieudonné, "n'est pas anodin", ajoute-t-il, "c'est vraiment une pensée nazie qui s'exprime par ce geste".

Le 13 décembre, l'humoriste avait déposé plainte en diffamation contre X, avec notamment dans le viseur des propos d'Alain Jakubowicz, le président de la Licra, qui décrivait ce geste comme un "salut nazi inversé signifiant la sodomisation des victimes de la Shoah".

C.P.