BFMTV

Des policiers municipaux testent un drone près de Lyon

La police municipale de Décines-Charpieu, près de Lyon, a recours à un drone depuis quelques jours lors de ses exercices. Jusqu'ici toutefois, les policiers municipaux ne sont pas autorisés à utiliser cet allié technologique durant leurs interventions.

Depuis quelques jours, les exercices de la police municipale de Décines-Charpieu, dans la métropole de Lyon, ont pris un nouvel intérêt. Les agents en profitent en effet pour tester un drone qui porte leurs couleurs. "Le drone ne remplace pas un homme mais il vient en complément de notre équipement matériel" explique Lorenzo, brigadier-chef qui estime que cet "œil du ciel", selon son expression, sera un "vrai plus".

Un rôle de soutien

Mais la tâche que la police municipale de Décines envisage d’assigner à son drone serait strictement circonscrite. Il ne s’agirait pas de laisser l’engin voler à trente mètres au-dessus du sol au hasard dans le ciel de la ville, à toute heure, mais de l’employer en appui des opérations de police.

Jean-Emmanuel Alloin, adjoint à la sécurité au sein du conseil municipal de la commune de Décines-Charpieu, défend l'intérêt du recours au drone: "Ca permet d’appréhender et de préparer nos agents. C’est préventif et on met nos agents dans de bonnes conditions pour une intervention optimale".

Aujourd'hui, la loi ne le permet pas

Cette vision diffère donc de celle mise en avant par certains élus à la fin de l'été, notamment par Manuel Aeschlimann dans les colonnes du Figaro. Le maire d’Asnières-sur-Seine avait ainsi déclaré: "La vidéoprotection s'est plus ou moins généralisée. Elle est utile et peut, dans une certaine mesure, remplacer la présence humaine. Son seul problème est son immobilité." Un défaut auquel les drones permettraient de remédier, selon l'élu: "Je comprends que l'objet puisse faire peur car il est vu comme un engin de guerre. Mais si on y avait accès, les drones résoudraient 95% de nos problèmes".

Dans tous les cas, il va falloir patienter. Les policiers municipaux de Décines-Charpieu espèrent pouvoir utiliser ce nouvel outil d’ici à la fin de l’année 2017. En attendant, il faudra le remiser au placard avant de partir en intervention. Dans l’état actuel de la loi, il est interdit aux agents de s’aider de ce type d’équipement en service officiel.

Robin Verner