BFMTV

Des liquides vaisselle aux slogans sexistes font scandale au BHV

"C'est connu, le plaisir vient en astiquant", l'un des messages osés de la marque Dishes Goods.

"C'est connu, le plaisir vient en astiquant", l'un des messages osés de la marque Dishes Goods. - Twitter

Le grand magasin situé en plein coeur de Paris soulève de vives protestations depuis qu'il met en vente des flacons de liquide vaisselle portant des messages commerciaux jugés sexistes.

Le message peut faire tache à quelques jours de Noël. Le BHV Marais, situé au croisement de la rue de Rivoli, dans le 4e arrondissement parisien, suscite une vive polémique avec la commercialisation d'une marque de produits de vaisselle. En cause: les messages jugés sexistes présents sur les étiquettes des flacons.

Tout est parti d'une photo postée par une internaute choquée par les produits de la marque Dishes Goods. Sur ces derniers, on peut lire: "Il faut pomper pour que ça gicle", "C'est connu, le plaisir vient en astiquant" ou "Ne pas avaler? Zut pour une fois que j'étais d'accord". Le tout accompagné du visage d'une femme. Des messages plus que douteux qui avaient déjà fait parler d'eux lors de leur lancement en 2014.

"Sexe et torchons"

Immédiatement, sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes se sont émus de ces slogans osés. L'affaire est rapidement remontée aux plus hautes sphères de l'Etat. Ainsi la secrétaire d'Etat en charge de la Famille, des Personnes âgées, de l'Autonomie et de l'Enfance a réagi à son tour sur Twitter. "La honte doit changer de camp", a martelé Laurence Rossignol. 

Une position partagée par sa collègue au gouvernement. "La consommation en ces périodes de fêtes peut aussi être un acte de promotion des produits non sexistes", a tenu à rappeler sur Twitter Pascale Boistard, la secrétaire d'Etat chargée des Droits des Femmes. Avant de rappeler que son ministère avait "lancé une démarche pour faire reculer pub et marketing sexistes, pour agir durablement et pas seulement au cas par cas".

Second degré

Largement interpellée sur les réseaux sociaux, la direction du BHV Marais a répondu aux critiques et s'est défendue de tout sexisme. Pour le grand magasin, il s'agit d'avantage de second degré, d'autant que la marque Dishes Goods a été fondée par... une femme.

Justine Chevalier