BFMTV

Déraillement d'un TGV en Alsace: au moins 11 morts et 4 pronostics vitaux engagés 

Le TGV circulait sur une ligne non-exploitée de la SNCF. Il aurait déraillé à la hauteur d'un pont. Un nouveau bilan fait état de onze morts et quatre blessés au pronostic vital engagé. La SNCF indique aussi que "quelques enfants" se trouvaient à bord du train.

Au moins onze personnes - nouveau bilan donné dimanche - sont mortes samedi dans le déraillement d'une rame d'essai d'un TGV à Eckwersheim, près de Strasbourg. "Onze personnes sont décédées, quatre autres ont un pronostic vital engagé", a déclaré le procureur-adjoint du parquet, sans pouvoir préciser dans le détail l'état de santé des 12 blessés en urgence absolue et des 25 en urgence relative.

Au total, 49 techniciens se trouvaient dans cette rame qui effectuait des essais sur la nouvelle voie à grande vitesse devant être mise en service au printemps 2016, a précisé cette source.

"Quelques enfants à bord" du train

"Il y avait quelques enfants à bord", a en outre indiqué dimanche matin un porte-parole de la SNCF, précisant ne pas savoir si ces enfants faisaient partie des victimes. "L'enquête doit déterminer le nombre de personnes présentes dans le train qui n'étaient pas habilitées à y être", a-t-il ajouté.

Le Président de la République a exprimé dans un communiqué son soutien aux victimes et à leurs proches. Il a salué le travail des équipes de secours actuellement sur place. A sa demande, la ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie Ségolène Royal et le secrétaire d’Etat chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche Alain Vidalies se sont rendus sur place.

La ministre de l'Environnement, sur les lieux du drame a témoigné sur Twitter, sa solidarité avec les cheminots.

Les images de ce TGV, qui circulait sur une ligne non-exploitée de la SNCF à Eckwersheim dans le Bas-Rhin sont impressionnantes.

Selon les premiers éléments de l'enquête, la motrice a "percuté" le pont et "le train a ensuite déraillé avant de basculer sur le talus de la ligne ferroviaire", a déclaré à l'AFP le procureur-adjoint du parquet de Strasbourg, Alexandre Chevrier. Un porte-parole de la SNCF a confirmé ce premier scénario, précisant que dans le choc de l'accident, le train s'était séparé en deux.

D. L. avec AFP