BFMTV

De plus en plus de 9-11 ans essayent la cigarette

Selon les spécialistes, plus on commence à fumer jeune, plus on a de risques de devenir accro.

Selon les spécialistes, plus on commence à fumer jeune, plus on a de risques de devenir accro. - -

Une enquête de la Fédération française de cardiologie montre que 9% des enfants de 9-11 ans ont déjà essayé de fumer. En 2007, ils étaient 4% dans ce cas. Inquiets, les spécialistes demandent des changements côté prévention.

L'âge de la première cigarette avance. 9% des 9/11 ans ont déjà essayé de fumer. Ils n'étaient que 4% en 2007. C'est le résultat d'une étude menée à la demande de la Fédération Française de Cardiologie, auprès de 6.000 élèves de CM1, CM2 et de collégiens.

« Ils pensent pouvoir s’arrêter facilement, mais... »

Selon cette enquête, 57% (un chiffre en hausse depuis quelques années) des enfants pensent qu'on peut fumer une première cigarette juste pour essayer et ne plus jamais en avoir envie après. Mais, selon les spécialistes, plus on commence à fumer jeune, plus on a de risques de devenir accro, comme l’explique, déçu et inquiet face à ces chiffres, le Professeur Claude Le Feuvre, cardiologue à l’Institut de cardiologie de l’hôpital Pitié-Salpêtrière à Paris et Vice- Président de la Fédération Française de Cardiologie : « les jeunes fument de plus en plus tôt. Et plus de la moitié d’entre eux sous-estiment le risque de dépendance, ils pensent qu’ils vont pouvoir s’arrêter facilement. Et malheureusement ce n’est pas le cas, puisque plus de la moitié des enfants qui commencent à fumer, restent fumeurs à l’âge adulte. Et plus on commence jeune, plus c’est difficile de s’arrêter et plus on démarre sa maladie rapidement. Je rappelle que plus de 80% des infarctus avant 45 ans sont liés exclusivement au tabac. »

« Agir en amont, expliquer dès 7 ans... »

Jugeant la prévention jusqu’ici insuffisante, le professeur Le Feuvre propose des solutions pour lutter contre cette augmentation inquiétante du nombre d’enfants fumeurs : « Le mieux c’est vraiment d’agir en amont, d’expliquer dès 7-8 ans que c’est vraiment ridicule de dépenser de l’argent pour ruiner sa santé. Un message qui passe mal chez l’enfant, qui ne se projette pas dans l’avenir et ses risques pour la santé ; donc on peut se faire aider par son pédiatre ou son médecin. »

« Les risques de devenir accro, d’avoir des dents jaunes... »

Chiffres à l’appui, ce cardiologue détaille les arguments qui semblent fonctionner pour dissuader les jeunes de toucher au tabac : « Le risque de devenir accro : 56% ont arrêté pour ça. Le risque d’avoir des dents jaunes : 61% disent que ça leur a permis d’arrêter. Dire aux enfants qu’ils prennent des risques esthétiques, parce que l’image compte à cet âge-là. Le prix compte aussi. Et plus d’une fois sur deux ce sont les parents qui ont réussi à les convaincre d’arrêter. »

La Rédaction, avec Julie Gestel