BFMTV

Coronavirus: une pétition en faveur de la chloroquine dépasse les 200.000 signataires

La pétition baptisée "Ne perdons plus de temps", lancée vendredi sur Change.org, vise à élargir les traitements à l'hydroxychloroquine des patients atteints du Covid-19, en autorisant leur prescription sans attendre qu'ils soient atteints d'un stade aggravé de la maladie.

"Ne perdons plus de temps!" Tel est le nom de la pétition lancée par Philippe Douste-Blazy, qui réclame un assouplissement des règles de prescription de la chloroquine pour les patients atteints du coronavirus, qui ne peut pour l'heure être utilisée qu'à l'hôpital, pour traiter les formes graves de Covid-19. Ce lundi matin, la requête de l'ex-ministre de la Santé a reçu plus de 205.000 soutiens.

Philippe Douste-Blazy est également membre du conseil d'administration de l'IHU Méditerranée Infection, l'Institut du très médiatisé Pr Didier Raoult, qui prône l'usage de l'hydroxychloroquine dès l'apparition des premiers symptômes du coronavirus, malgré des résultats pour l'instant contestés par certains scientifiques.

La chloroquine pour éviter l'aggravation de la maladie

Trois éminents médecins ont par ailleurs recommandé, dans une tribune publiée dimanche soir sur le site du Figaro, d'appliquer le traitement.

"Le point fort des essais du Pr Raoult est, de notre point de vue, une diminution très rapide de la charge virale avec négativation des recherches virologiques dans plus de 90% des cas en moins de huit jours, ce qui pourrait permettre d'éviter l’aggravation et en particulier le transfert en réanimation", plaide cette tribune.

Elle est signée de l’ancien directeur scientifique de l’Institut national du cancer Fabien Calvo, l’ancien président de la Haute Autorité de santé Jean-Luc Harousseau et l’ancien directeur général de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, Dominique Maraninchi.

"Sur cette base, la stratégie serait plutôt donc de proposer un traitement précoce avant la survenue de complications respiratoires sévères", poursuivent-ils.

59% des Français y sont favorables

Une majorité de Français partagent cette position, selon un sondage révélé par Le Parisien: 59% de citoyens interrogés estiment que le traitement à l'hydroxychloroquine est "efficace" contre le coronavirus. Une croyance particulièrement développée dans le Sud de la France, où est basé l'Institut que dirige le Pr Raoult. "C'est presque un élément de fierté régionale", observe François Kraus, directeur du pôle politique à l'Ifop.

Et d'ajouter: "On constate également que les extrêmes croient davantage que les autres à l'efficacité du traitement. Mais cette majorité ne peut pas être réduite à cela. Ce n'est pas que ça! Cet espoir touche toutes les catégories de la population. Des classes populaires aux plus diplômés."

La prudence du ministre de la Santé

Toutefois, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a de nouveau appelé samedi à ne pas brûler les étapes, dans un entretien au média en ligne Brut. Il a souligné qu'on connaitrait dans les prochains jours les premiers résultats intermédiaires d'études cliniques qui visent à déterminer si la chloroquine, mais aussi "d'autres médicaments prometteurs", sont efficaces quand ils sont pris dès le début de la maladie.

L'Agence du médicament (ANSM) a par ailleurs averti lundi dernier que les traitements testés contre le Covid-19 pouvaient entraîner des effets indésirables graves et ne devaient "en aucun cas" être utilisés en automédication.

AL avec AFP