BFMTV

Cannes: elle continue de payer le loyer de son logement sinistré

Le quartier cannois du Suquet, le 7 août 2014.

Le quartier cannois du Suquet, le 7 août 2014. - Jean-Christophe Magnenet - AFP

Alors qu'elle vivait chez ses parents après l'incendie de son appartement il y a six mois, une Cannoise a continué à payer son loyer à son bailleur.

Après l'incendie qui ravage son appartement du Suquet, Marie-Pierre, 53 ans, n'a eu d'autre choix que d'aller vivre chez sa mère, comme l'explique Nice Matin. En cause, l'inaction de son bailleur, l'OPH (Office Public de l'Habitat Cannes et Rive droite du Var) qui ne lui a rien proposé pour la reloger "alors que d'autres appartements étaient libres dans l'immeuble" affirme-t-elle.

Un loyer versé pour un logement inhabitable

Obligée de se séparer de sa fille, hébergée par sa tante, Marie-Pierre n'est pas intégralement dédommagée par l'assurance alors qu'un nouveau coup dur la frappe. Elle perd son emploi pour cause de licenciement économique. Depuis le début du mois d'août, Marie-Pierre a toutefois réintégré son appartement. "Mais les baies vitrées sont explosées. Certaines ont été recollées avec de l'adhésif mais ça fait six mois que rien ne bouge!" s'emporte la Cannoise. Six mois qu'elle continue pourtant de payer son loyer depuis l'incendie, alors que l'appartement ne pouvait être habité.

Joint par Nice Matin, l'OPH affirme être dans son droit, estimant que "cette dame a choisi de se débrouiller par ses propres moyens. Elle n'a donc pas pu justifier de dépenses à ce sujet, a priori. C'est elle qui a choisi de réintégrer son logement début août avant que tout soit terminé." L'OPH affirme également que payer son loyer, même pour un logement en travaux, est normal et prévu par la loi.

Paul Aveline