BFMTV

Camp de roms évacué, Valls assume

-

- - -

Une opération de police qui prévoit d’expulser une centaine de roms était toujours en cours ce mardi à Villeneuve-le-Roi, dans le Val-de-Marne. Dans le même temps, Manuel Valls, a réaffirmé sur BFMTV sa politique de démantèlement des camps.

L’évacuation des camps de roms continue. Ce mardi matin, la police procédait à l’expulsion d’une centaine de personnes installées depuis environ cinq mois sur un terrain de Villeneuve-le-Roi, dans le Val-de-Marne. Il s’agit d’un campement situé en marge d’une zone industrielle en bordure de Seine et constitué d’une quarantaine de baraques conçues à partir de planches. Selon une association, parmi les habitants sur le point d’être délogés par les CRS, se trouvent plusieurs dizaines de mineurs, et dit "proposer un hébergement en hôtel illimité pour certaines familles ". La population rom est estimée en France à 15.000 personnes, dont 3.000 ont déjà été expulsées cet été.

On "ne peut pas accueillir toute la misère du monde"

Au même moment, sur BFMTV-RMC, le ministre de l’Intérieur défendait sa politique envers les roms, invoquant entre autres des raisons sanitaires pour justifier les démantèlements mais aussi "le(s) décision(s) de justice". La France "ne peut pas accueillir toute la misère du monde et de l'Europe" a-t-il ajouté. Une déclaration qui fait écho aux propos de Michel Rocard lorsqu’il était Premier ministre en 1989 ("La France ne peut héberger toute la misère du monde mais elle doit en prendre sa part"(ndlr). Pour Manuel Valls, la France "prend sa part en matière d'asile, en matière d'insertion mais le message est clair: c'est la fermeté".

Le ministre a également affirmé qu’"il y aura sans doute avant la fin du mois de septembre, 7.000 Roumains ou Bulgares reconduits dans leur pays respectif à travers le système d'aide au retour". Afin de trouver une solution, qui se situe "au niveau européen" selon Valls, ce dernier se rendra demain mercredi avec Bernard Cazeneuve, ministre délégué aux Affaires européennes, en Roumanie.