BFMTV

Béziers: un et deux ans de prison ferme pour deux "gilets jaunes"

Des gilets jaunes manifestent à Béziers (photo d'illustration)

Des gilets jaunes manifestent à Béziers (photo d'illustration) - AFP

Les deux individus avaient notamment envoyé des bombes artisanales remplies d'essence, en direction des forces de l'ordre.

Deux hommes âgés de 38 et 40 ans se revendiquant gilets jaunes ont été condamnés à un et deux ans de prison ferme pour des violences et dégradations par le tribunal correctionnel de Béziers (Hérault). 

Le plus âgé, ancien agent de sécurité, dont l'implication a été jugée la plus importante, a été condamné lundi à trois ans de prison dont un avec sursis. Lors de perquisitions, ce que les deux prévenus appellent des "lance-patates" et que les policiers considèrent comme des "bazookas" artisanaux avaient été retrouvés chez cet homme déjà condamné à six reprises pour des violences. Le second a été condamné à 18 mois de prison dont six avec sursis. 

"Quand on casse, j'estime que l'on ne peut, ici, se revendiquer des gilets jaunes, nous ne sommes plus dans un mouvement pacifiste", a estimé la représentante du parquet en prononçant de lourdes réquisitions.

Bombes artisanales

Arrêtés vendredi 18 janvier à Béziers, les deux hommes ont été jugés en comparution immédiate lundi. Ils étaient soupçonnés d'avoir participé à des actions violentes, et notamment d'avoir fabriqué et transporté des bombes artisanales remplies d'essence, envoyées en direction de policiers, de vigiles et de salariés d'une base logistique Intermarché. Aucun des deux hommes condamnés n'a reconnu les faits reprochés. 

"Cela est allé jusqu'à des menaces de mort et des promesses d'agressions envers les familles de ces modestes salariés. Tout ceci est totalement inadmissible", a dénoncé l'avocat d'Intermarché. Les avocats de la défense ont de leur côté plaidé la clémence et la relaxe, estimant que l'implication des deux hommes n'était pas avérée.

Avec AFP