BFMTV

Aubervilliers: rassemblement d'habitants d'origine chinoise contre la violence

Plusieurs centaines d'habitants d'origine chinoise se sont rassemblés devant la mairie d'Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis

Plusieurs centaines d'habitants d'origine chinoise se sont rassemblés devant la mairie d'Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis - Alain Jocard - AFP

"On a trop subi, ça suffit": plusieurs centaines d'habitants d'origine chinoise se sont rassemblés ce dimanche devant la mairie d'Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, en mémoire d'un homme de nationalité chinoise décédé après une agression et pour protester contre la violence dont ils se disent la cible.

"La violence empire d'année en année", a affirmé à l'AFP un jeune homme de 22 ans. "Là c'était Zhang Chaolin, mais ça aurait pu être moi", a ajouté cet étudiant en statistiques qui vit à Aubervilliers.

Mort après cinq jours de coma

Cinq cents personnes selon les autorités sont venues déposer fleurs et bougies devant l'hôtel de ville en hommage à Zhang Chaolin, 49 ans, père de deux enfants, mort vendredi après cinq jours de coma. Plusieurs élus locaux et la sous-préfète étaient présents.

Les manifestants se sont ensuite rendus dans le calme sur les lieux de l'agression, en brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire: "sécurité pour tous" ou "mort pour rien".

"Il a reçu un coup de pied au sternum"

Zhang Chaoli, couturier de profession selon sa famille, a été agressé le 7 août par trois personnes alors qu'il marchait en compagnie d'un ami, lui aussi d'origine chinoise, dans une rue d'Aubervilliers. 

"Il a reçu un coup de pied au sternum et est tombé lourdement. Sa tête a sans doute heurté le trottoir, ce qui lui a occasionné un traumatisme crânien", avait expliqué une source proche du dossier. Selon elle, les agresseurs "voulaient voler la sacoche de l'autre homme".

Une enquête, confiée à la sûreté territoriale de Seine-Saint-Denis, a été ouverte pour homicide involontaire. Une autopsie doit être pratiquée. Une pétition pour dénoncer les "agressions anti-asiatiques" a été lancée sur le site Change.org. Les signataires demandent "au président de la République, au gouvernement, aux parlementaires, aux candidats à l'élection présidentielle et aux élus locaux concernés des propositions et des initiatives fortes".

C.H.A. avec AFP