BFMTV

Après l'incendie d'une usine à Rouen, Buzyn reconnaît que la ville est "clairement polluée" par les suies 

Agnès Buzyn et Élisabeth Borne se sont rendues en Seine-Maritime vendredi, au lendemain de l'incendie qui s'est déclaré dans une usine de Rouen fabriquant notamment des lubrifiants.

Au lendemain de l'incendie qui s'est déclenché au sein de l'entreprise Lubrizol à Rouen, classée Seveso seuil haut, le feu est éteint et le "panache de fumée" visible jeudi "est dissipé", selon le dernier communiqué de presse de la préfecture de Seine-Maritime. Près de 120 sapeurs-pompiers sont, par ailleurs, encore mobilisés afin de "de surveiller et éteindre les derniers foyers résiduels, refroidir les points chauds et procéder à des analyses en temps réel". 

"Il y a forcément des traces d'hydrocarbures"

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, et Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, se sont rendues à Rouen ce vendredi. Les deux ministres se sont exprimées en fin de journée pour faire un point sur la situation. 

"On peut être grossièrement rassurés par le fait qu'il n'y a pas en quantité importante des produits potentiellement dangereux", a déclaré Agnès Buzyn, reconnaissant toutefois que "la ville (était) clairement polluée" par les suies issues des fumées. "Je ne peux pas dire qu'il n'y a pas de danger, il y a forcément des traces d'hydrocarbures", a rajouté la ministre de la Santé, expliquant attendre des analyses plus fines à venir dans le courant de la semaine prochaine.

"Sur la qualité de l'air, même s'il y a une odeur désagréable, aucun polluant n'a été détecté par ces analyses", a rassuré quant à elle Élisabeth Borne, détaillant qu'il n'y avait "pas de polluants anormaux dans les prélèvements effectués".

Clément Boutin et Clarisse Martin