BFMTV

A Rouen, la statue de Napoléon bientôt remplacée par celle de Gisèle Halimi?

L'idée a été soulevée en 2020 par le maire de la ville afin de féminiser l'espace public. Mais déloger la statue de Napoléon de sa place historique génère de nombreuses oppositions.

Elle trônait devant l’hôtel de Ville de Rouen depuis 1865. Mais depuis un an, l’emblématique statue de Napoléon a été délogée de son socle pour être rénovée. En attendant, elle a été remplacée par une représentation de l’Empereur habillé comme un livreur Deliveroo, pour "faire marrer les gens", explique à France Bleu l’auteur de l'œuvre.

Un changement qui pourrait ne pas rester temporaire. Le maire PS, Nicolas Mayer-Rossignol, a exprimé sa volonté de féminiser l’espace public et verrait bien, "à titre personnel", une statue de Gisèle Halimi, célèbre avocate et militante féministe morte en 2020, détrôner Napoléon, selon une information du Figaro.

"Ouvrir le débat"

"Le maire a fait une proposition il y a un an de remplacer cette statue par une autre, à l’effigie de Gisèle Halimi. Mais on pourrait aussi imaginer qu’elle soit remplacée par plusieurs statues, par des œuvres d’art. L’idée c’est d’ouvrir le débat", commente Laura Slimani, adjointe au maire chargée de l’égalité femme-homme, sur BFMTV.

A l’annonce de ce projet en 2020, Nicolas Mayer-Rossignol avait tenté de rassurer en affirmant qu’il "n'est pas question de supprimer la statue de Napoléon". "Elle pourrait tout à fait être placée ailleurs à Rouen. Mais je ne vois pas pourquoi les lieux les plus visibles et les plus symboliques, tels la place de l'HdV, devraient être réservés à des hommes", avait-il écrit sur Twitter.

"Provocation"

Pour Thierry Lentz, directeur de la Fondation Napoléon, cette idée est "désastreuse". "On peut tout de même s’étonner que pour honorer Mme Halimi, il faille s’en prendre à Napoléon, dont la statue fait partie depuis 135 ans du paysage urbain", relève Le Figaro dans une chronique rédigée sur le site internet de l’historien. Sur Twitter, Thierry Lentz ajoute:

"La mairie rouge-verte a fait placer un Napoléon en livreur Deliveroo sur le socle de la statue équestre de Bonaparte qu'elle entend remplacer par une statue (équestre ? ) de Gisèle Halimi. A l'inculture historique s'ajoute désormais la provocation et la bêtise."

Consultation en ligne

Le projet de la mairie divise également parmi les habitants de Rouen. Si certains soutiennent et félicitent cette recherche de parité, d’autres s’y opposent farouchement. Le syndicat étudiant UNI, marqué à droite, a lancé une pétition qui a déjà récolté 2000 signatures pour s’opposer au retrait définitif de l’Empereur de la place de l’hôtel de Ville.

"Gisèle Halimi pourrait très bien avoir une statue ailleurs. Il n’y a pas besoin d’opposer Napoléon à Gisèle Halimi, ni d’opposer le patrimoine à ce qu’ils appellent le matrimoine. Il y a la possibilité de donner de l’importance à tout le monde", revendique Edouard Varin, responsable de l’UNI Rouen et conseiller national Les Républicains.

La mairie doit lancer une consultation en ligne pour que les habitants se prononcent pour ou contre le retour de la statue de Napoléon.

Ambre Lepoivre Journaliste BFMTV