BFMTV

1400 migrants vivent encore dans la rue à Paris, dont 900 dans le campement de la Porte d'Aubervilliers

"On a déplacé le problème, ceux qui étaient à porte de la chapelle ont reconstruit un autre camp ça ne change rien", déplore un riverain.

A Paris, 1400 migrants vivent encore dans la rue, selon les chiffres fournis par la préfecture. Le 7 novembre dernier, 1600 migrants avaient été évacués de Porte de la Chapelle. Mais deux mois plus tard et 800 mètres plus loin, près de la porte d'Aubervilliers, ce sont 900 migrants qui vivent encore dans la rue. 

"On a déplacé le problème"

"On a déplacé le problème, ceux qui étaient à porte de la chapelle, ont reconstruit un autre camp ça ne change rien", déplore un riverain, interrogé sur notre antenne. 

Sur le camp en question, des migrants venus de Somalie, d'Afghanistan ou du Soudan.

"Pour faire du feu, il faut aller chercher du bois dans les alentours", "il fait très froid, c'est dur d'être ici", raconte Liban, migrant somalien de la porte d'Aubervilliers, au micro de BFMTV. 

D'autres migrants ont eu plus de chance: depuis l'évacuation du 7 novembre, des solutions d'hébergement stables ont été trouvées pour certains d'entre eux.

"Dans cet appartement, je partage une chambre avec quelqu'un, il y a le chauffage, je suis content d'être là", détaille Basir, demandeur d'asile afghan.

150 places en hébergement pour des hommes isolés

Ces locaux sont mis à disposition par la mairie, qui propose 150 places pour des hommes isolés. Pour certaines associations, ce n'est pas suffisant.

"En moyenne, les personnes sont restées 320 jours l'année dernière, donc c'est long. On manque clairement de place", souligne Sophie Cazade, chef de service de l'Hébergement d'Urgence pour demandeurs d'asile.

Depuis 2015, une soixantaine d'évacuations gérées par la préfecture ont déjà eu lieu dans la capitale. La prochaine, à porte d'Aubervilliers, devrait avoir lieu d'ici la fin du mois de janvier, alors que la promesse du démantèlement avant la fin de l'année 2019 n'a pas été tenue. 

Alexandra Jaegy