BFMTV

La station spatiale internationale sous la menace des débris

Les débris spatiaux représentent un danger croissant pour la station

Les débris spatiaux représentent un danger croissant pour la station - -

L'explosion de l'étage supérieur d'une fusée russe le 16 octobre a généré la plus imposante masse de débris en orbite sur terre. Ce nuage pourrait croiser la trajectoire de la station spatiale internationale.

Un nuage de débris sur la route de la station spatiale internationale ? Le 6 août, une fusée russe Proton-M a raté sa mission. A la suite d’un dysfonctionnement, la mise sur orbite de deux satellites n’a pu se faire et ils ont été déclarés perdus.

Cela aurait pu se terminer ainsi, mais le 16 octobre, le bloc d’accélération Briz-M de la fusée a explosé, créant ainsi un nuage de débris spatiaux.

Si la trajectoire changeait, le péril serait mortel

Pour le moment, il n’y a pas vraiment de risque de collision, le nuage ne faisant que croiser l’orbite de la station, à 414 kilomètres du sol. Mais le nuage est d’une envergure importante : c’est la plus grosse masse de débris qui sillonne l’orbite terrestre.

Si sa trajectoire changeait pour mettre directement sur la route de la station les quelque 500 morceaux épars, le péril serait mortel. Dans l’espace, à la vitesse à laquelle se déplacent les objets en orbite, la collision avec le plus petit des obstacles peut s’avérer dangereuse.

Débris spatiaux : un danger croissant

Les débris spatiaux représentent un danger croissant pour la station, comme pour tous les satellites. La Nasa en recense 21.000 de plus de 10 cm, plus de 500.000 entre un et dix centimètres et plus de 100 millions qui sont inférieurs à un centimètre.

La destruction délibérée par la Chine d’un satellite en 2007 et la collision accidentelle entre deux autres engins en 2009 étaient jusque-là les deux principaux incidents contribuant à accroître la masse de débris en orbite. Ce nouveau nuage sera bientôt intégré à la base de données qui calcule les manœuvres d’évitements de la station spatiale internationale.

>> Voir le décollage d'une fusée Proton-M équipée d'un module Briz-M, du même type que celui aui a explosé le 16 octobre :