BFMTV

La France cherche des donneurs de sperme

-

- - -

L’agence de biomédecine lance une campagne pour sensibiliser les donneurs potentiels de sperme, car la demande excède largement l’offre.

Chaque année, à peine 250 hommes acceptent de donner leurs spermatozoïdes. C'est trop peu pour les 2800 couples confrontés à l'infertilité masculine. Résultat, les délais d'attente s'allongent. Des couples attendent jusqu'à 2 ans pour obtenir un don de spermatozoïdes.

L'agence de biomédecine a donc décidé de lancer une grande campagne d'information à partir du 24 novembre chez les gynécologues et dans les maternités. Un numéro vert sera aussi mis en place : le 0 800 541 541 (appel gratuit) ainsi qu'un site internet (http://www.dondespermatozoides.fr/).

Qui peut donner ?

Il y a 3 conditions pour devenir donneur : il faut déjà être père d'au moins un enfant, avoir moins de 45 ans, et être en bonne santé. Il s'agit d'un don anonyme et gratuit. En tant que donneur vous ne connaitrez jamais le couple receveur, et inversement. Il faut aussi, si vous vivez en couple, demander à votre compagne son accord pour pouvoir faire ce don.

Ensuite, il vous suffit de vous rendre dans un centre de conservation du sperme. Il y en a 24 en France, principalement dans les hôpitaux. Là, vous passerez une série d'examens médicaux, notamment pour repérer une éventuelle maladie génétique.

Le recueil de spermatozoïdes s'effectue par masturbation. Ils sont ensuite congelés et peuvent être enfin donnés à des couples qui ne peuvent pas avoir d'enfant pour cause d'infertilité masculine.

Pas assez de donneurs et trop d'attente

Jacques Lansac, le président du Collège national des gynécologues et obstétriciens français, explique les caractéristiques du don de sperme : « Il n'y en a jamais assez parce qu'on va appareiller le donneur avec le mari ou le compagnon de la femme de manière assez simpliste : si c'est un grand blond aux yeux bleus, on va essayer de donner un grand blond aux yeux bleus, si c'est un petit brun du Midi avec les yeux marrons, on va essayer de donner un homme qui a ces caractéristiques là. On tiendra surtout compte du groupe sanguin, pour que s'il y a un truc de groupe sanguin à l'école, ça soit vraisemblable... »

Ce manque de donneurs a des conséquences, comme l'explique le docteur Françoise Merlet, médecin référent en assistance médicale à la procréation : « On a des délais d'attente importants, c'est ce qui fait souffrir ces couples qui sont déjà en souffrance depuis longtemps par leur infertilité. Les délais d'attente peuvent aller jusqu'à deux ans. Et puis certaines particularités morphologiques rendent difficile l'accès au don de sperme car on essaye toujours d'appareiller le donneur au receveur ».

La rédaction et Yannick Olland