BFMTV

L'été arrive la semaine prochaine: le vrai-faux de la météo

-

- - VALERY HACHE / AFP

LE VRAI-FAUX METEO - Après un hiver long et fort peu ensoleillé, des températures estivales sont attendues pour le milieu de la semaine prochaine. Il reste toutefois impossible de prédire le temps qu'il fera cet été.

Cette fois c’est sûr: l’hiver est derrière nous. Après trois mois humides et sous la grisaille, la France retrouvera des températures estivales dans les jours qui viennent. Pour autant, impossible de prévoir ce qui vous attend pour cet été. Le point avec Frédéric Nathan, prévisionniste chez Météo France, et Daniela Prepeliuc, journaliste météo à BFM.

L’hiver a été long et rude: (presque) VRAI

Le tunnel de grisaille est terminé, mais il a été long, très long. Neige, pluie, vent et déficit d’ensoleillement. Le cocktail a donné "un hiver assez fatigant pour tout le monde, il a été rude, mais dans le sens froid", remarque Frédéric Nathan. Selon le prévisionniste de Météo France, "ce dont on ne se rend pas compte, ce qui a été vraiment exceptionnel, c’est le mois de janvier. Dans la douceur, c’est le mois de janvier le plus chaud jamais enregistré depuis qu’on fait des relevés. On a pulvérisé tous les records de températures".

"On était en janvier à 4° voire 5° au-dessus des normales de saison", confirme Daniela Prepeliuc. Des records de douceur ont été battus à Strasbourg (6,6° en moyenne) et à Vichy (7,9°) par exemple. Notre journaliste météo décrit "un hiver de tous les contrastes, avec des chutes de neige assez tôt dans la saison. Dès décembre, on a eu des vigilances rouge sur les Alpes, ce qui n’était jamais arrivé dans l’histoire de Météo France".

Si vous avez eu l’impression de vivre un hiver sans fin, ce n’est pas tant à cause des températures que des précipitations et du manque d’ensoleillement.

Celui-ci "a souvent dépassé les 50%, de la frontière belge à la Nouvelle-Aquitaine. C’est énorme! Sur janvier le soleil n’a brillé que 18 heures à Rouen, ou 25 heures à Blois ou Gourdon", reprend Frédéric Nathan. Quant à la pluie, si le record n’a pas été battu à Paris, avec 117 millimètres de pluie en janvier, on atteint le deuxième plus gros total depuis janvier 1936. "Dans l’Hérault, on a connu des quantités de précipitations quasiment équivalentes, en trois mois, à toute l’année précédente", relève Daniela Prepeliuc.

L’été c’est pour mardi: VRAI

Le soleil va durablement s’installer dès mardi prochain sur la France. Il va faire très (trop?) chaud. "Les températures vont probablement atteindre 25° sur de très nombreuses régions. On pourrait même frôler peut-être les 30° au pied des Pyrénées", prédit Frédéric Nathan. "Ça va faire du bien parce qu’on a vraiment eu un temps pourri. A partir de mercredi, on sera 10° voire 12° au-dessus des valeurs de saison. C’est énorme", enchaîne Daniela Prepeliuc.

Le retour du beau temps s’explique par "l’influence et la position des anticyclones", reprend Frédéric Nathan. "En fonction de leur position, on est soit sous l’influence des masses d’air issues de la Scandinavie, du Pôle Nord, etc., soit sous l’influence de masses d’air qui remontent du Maghreb ou de la Péninsule ibérique, ce qui sera le cas la semaine prochaine". C’est celui-ci qui fera effet la semaine prochaine, et il agit pour nous "comme un gros chalumeau" ,selon Daniela Prepeliuc.

On sait déjà quel temps il fera cet été: FAUX

Ce serait un peu le rêve au moment de prévoir les réservations pour les vacances d’été. Mais non, désolé, impossible de savoir avec certitude le temps qu’il fera en juillet et en août. "Ce n’est pas parce qu’on a eu un hiver rude qu’on aura un très bel été. Ce n’est absolument pas lié, c’est une croyance populaire", indique Daniela Prepeliuc.

"De temps en temps on voit des prévisions saisonnières, qui donnent une moyenne globale sur l’ensemble des trois mois, qui disent si on est plutôt au-dessus ou en-dessous", détaille Frédéric Nathan. "Mais même avec ces données, on ne peut rien déduire de ce qui va se passer durant l’été. C’est frustrant. Certains sortent des prévisions semaine par semaine pour l’été, mais ce n’est pas vraiment de la science. C’est surtout pour faire du buzz sur Internet, et la vérité c’est qu’on n'en sait rien".

"Il n’y a plus de saisons": FAUX

"On avait accroché à un mur de Météo France une lettre de Madame de Sévigné, où elle se plaignait déjà à son époque qu’il n’y avait plus de saison", s’amuse Frédéric Nathan. C’est bien que la complainte ne date pas de la découverte du réchauffement climatique.

"Ce n’est pas parce qu’on a eu beaucoup de neige et un froid tardif que le réchauffement climatique n’est pas en marche. Des phénomènes météo seront de plus en plus extrêmes. Il faut s’habituer à ça. La vague de chaleur qu’on a connue l’année dernière au mois d’août ne va pas se produire de plus en plus souvent. Mais quand elle se produira, elle sera extrême", explique Daniela Prepeliuc.

Alors d’où vient le fameux "y a plus d’saisons ma bonne dame?". "On a une mémoire très sélective: on se rappelle les étés de notre enfance", répond Frédéric Nathan. "Dans notre mémoire, l’été est associé à beau et chaud, ce qui n’est pas toujours le cas. Il y a un exemple flagrant, c’est 1976, l’année de la grande sécheresse. Le suivant c’est un été pourri, il a plu, il faisait froid. Un été normal, il fait une moyenne de 24° ou 25° à Paris. On pense que c’est 30°, mais non: à 30°, on est 5° au-dessus des normales. Les saisons existent toujours, mais les saisons parfaites n’ont jamais existé".

Antoine Maes