BFMTV

Sédentarité, grignotage... 57% des Français ont pris du poids pendant le confinement

Le poids affiché sur la balance ne satisfait plus vraiment les Français. Depuis le début du confinement, ils sont 57% a avoir grossi, de 2 kilos en moyenne. Conséquence: 54% d'entre eux se disent insatisfaits de leur corpulence et nombreux sont ceux qui envisagent de manger plus sainement après le 11 mai.

Après plus d’un mois et demi de confinement, sur la balance le compteur tourne. Et le challenge annuel du "bikini body" s’évanouit peu à peu, battu en brèche par les quelques kilos supplémentaires accumulés depuis le 17 mars. Sédentarité, activité physique réduite quasiment à néant, proximité avec le réfrigérateur et ses tentations forment un cocktail explosif pour la ligne...

34% ont pris plus de 2 kg

Bilan: 57% des Français reconnaissent avoir pris du poids depuis le début du confinement, selon une enquête réalisée par l’IFOP entre le 24 et le 27 avril sur 3045 Français, que BFMTV.com a consultée.

Ils sont 56% chez les hommes et 58% chez les femmes à constater une petite surcharge pondérale allant de 1 kg supplémentaire à 4 kg, voire plus, dans 18% des cas. En moyenne, la balance affiche un poids arrondi de +2,3 kg pour les femmes et de +2,7 kg pour les hommes. 

Petits encas et gros écarts

"On va tous y passer, même si on essaie de s'entretenir, lançait résigné Julian Mercier, conseiller culinaire en sport et santé, au début du mois d’avril à l’AFP. Moi le premier, j'ai plus tendance à me tourner vers du chocolat qu'une pomme. C'est ce qui risque de nous jouer un mauvais tour."

Les journées en confinement paraissent longues et les détours par la cuisine sont difficiles à éviter. Depuis le 17 mars, les Français ont du mal à refuser un petit encas sucré ou salé. Ils sont 73% à avouer manger du chocolat au moins une fois par semaine tandis que 61% des sondés penchent plus pour la charcuterie, 48% pour des sucreries, et 45% pour les chips, les nachos ou encore les bretzels à la faveur d’apéros plus fréquents: 42% des personnes interrogées disent faire plus d’apéritifs avant les repas. 

"En passant tant de temps à la maison, il est facile de manger plus que de raison", souligne la British Nutrition Foundation.

D’après l’étude menée par l’IFOP, toutes les tranches d’âge sont concernées par cette prise de poids, avec une propension un peu plus importante chez les plus de 65 ans. En revanche, si l’on se base sur le statut parental, ce sont les femmes vivant en couple avec un enfant qui sont les plus touchées (68%).

Les bonnes résolutions de l'après-confinement

Par ailleurs, l’étude démontre que l’activité physique joue un rôle dans cette prise de poids puisque 68% des femmes (63% pour les hommes) ne faisant jamais d’activité physique ont grossi, ce pourcentage se limite à 43% (41% pour les hommes) pour celles qui pratiquent une activité sportive quotidienne. 

"Pas de sorties, c'est plus de temps pour faire du sport chez vous", et c’est important car pendant le confinement un adulte dépense chaque jour 200 à 400 calories en moins, rappelait début avril à l’AFP la diététicienne Jennifer Aubert.

Le verdict de la balance n’est pas sans conséquence sur le moral des Français puisque 54% d’entre eux se disent insatisfaits de leur corpulence (61% pour les femmes, 47% pour les hommes). L’heure est donc aux bonnes résolutions pour l’après-confinement. Plus d’un Français sur deux envisage de manger plus sainement une fois la liberté retrouvée, mais seuls 18% s’imposeront un régime strict.

Enquête réalisée en ligne entre le 24 et 27 avril. Elle a été menée auprès d’un échantillon de 3 045 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Ambre Lepoivre avec Louis Tanca