BFMTV

Médecin généraliste: la consultation bientôt à 25 euros

Le tarif de base de la consultation chez un généraliste va passer de 23 à 25 euros dès le 1er mai 2017.

Le tarif de base de la consultation chez un généraliste va passer de 23 à 25 euros dès le 1er mai 2017. - iStock - didesign021

La nouvelle convention médicale, qui régit les relations entre médecins libéraux et Assurance-maladie, a été approuvée grâce à la signature d'un troisième syndicat de médecins. Parmi ses nouveautés: le prix de la consultation médicale augmentera de 2 €, voire plus selon les cas.

Avec notre partenaire

Il aura fallu cinq mois de négociations pour que la plupart des syndicats de médecins et l'Assurance maladie se mettent d'accord mais c'est maintenant chose faite. La nouvelle convention médicale qui s'appliquera à partir du 1er mai 2017 pour les cinq années à venir a été approuvée grâce à la signature annoncée de trois syndicats: MG-France et le Bloc fin juillet et la Fédération des Médecins de France (FMF) le 21 août.

Celle-ci s'illustre notamment par une augmentation de deux euros en ce qui concerne le prix d'une consultation médicale classique. Elle passera donc de 23€ à 25€, un tarif inchangé depuis 2011. "C’était une nécessité après une succession de conventions qui avaient abouti à une paupérisation des médecins généralistes", expliquait à ce sujet MG France, le syndicat des médecins généralistes.

A partir du 1er novembre 2017, c'est toute une grille tarifaire qui évoluera. Les prix seront appliqués en fonction de la difficulté de la consultation réalisée par le praticien et de l'âge du patient. A l'heure actuelle, un généraliste facture 28€ une consultation pour un enfant de 0 à 2 ans, et 26€ quand il s'agit d'un enfant de 2 ans à 6 ans. Il faudra désormais débourser 30€ pour ces tranches d'âge.

Pas de changement pour le patient

Outre une consultation classique à 25€, le patient pourra aussi débourser 46€ s'il s'agit d'une consultation "complexes à fort enjeu de santé publique" et jusqu'à 60€ en cas de consultation "très complexe", comme l'annonce d'un cancer ou d'une infection à VIH. En clair, plus la prise en charge demandera du temps plus les tarifs s'élèveront. Mais ces changements n'impacteront pas le patient.

Ce dernier sera remboursé de manière similaire par l'Assurance-maladie (à 70%) et par sa complémentaire santé (30%) mais devra toujours verser la participation forfaitaire d'un euro qui lui est demandée. La signature de la convention promet aussi une aide de 50 000 euros pour inciter les médecins à s'installer dans des déserts médicaux pendant au moins cinq ans et une prime pour les praticiens qui acceptent de prendre en charge un patient sous 48 heures.

Encore beaucoup de désaccords 

Mais la plupart des syndicats, les signataires comme ceux qui ont refusé, considèrent qu'il s'agit d'un verre à moitié vide alors que le prix moyen d'une consultation en Europe est estimé à 40 euros. "La FMF réaffirme que cette convention ne répond pas au besoin d’une réforme structurelle du système de santé", a fait savoir le syndicat. Du côté de la Confédération des Syndicats Médicaux Français (CSMF), le premier syndicat de la profession qui se montre très critique, celle nouvelle convention n'est pas assez "novatrice".

Ses adhérents tout comme ceux du SML (Syndicat des médecins libéraux) sont invités à se prononcer sur le sujet le 25 août, jour de signature de l'accord. Même si celui-ci voit le jour, reste que les médecins sont toujours vent debout contre l'une des mesures phares de Marisol Touraine dans le cadre de sa "loi Santé", la généralisation du tiers payant, car ces derniers redoutent trop de lourdeurs administratives.

Alexandra Bresson