BFMTV

Les trois quarts des Français utilisent des pesticides chez eux, sans forcément le savoir

Insecticides, herbicides, fongicides, répulsifs cutanés… L’Anses publie ce lundi les résultats d’une enquête inédite sur le recours, très répandu, à 5400 produits contenant des pesticides. Il en ressort que les précautions d’usage ne sont pas toujours respectées.

Mauvaises herbes, champignons, insectes, acariens, rongeurs… Pour lutter contre ces nuisibles, les trois quarts (75%) des foyers français ont utilisé - parfois sans le savoir - au moins un spray, ou lotion ou autre produit pesticide pendant les douze mois qui ont précédé l’enquête de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses), publiée ce lundi.

Pendant un an, en 2014, l’agence a interrogé 1507 ménages et réalisé un inventaire à domicile de 5400 produits stockés. "C’est une étude inédite qui apporte une photographie complète de l’utilisation de pesticides à domicile", explique à BFMTV Jean-Luc Volatier, directeur adjoint de l’évaluation des risques à l’Anses.

Des insecticides présents chez 84% des ménages

Les pesticides les plus utilisés sont les insecticides, présents chez 84% des ménages. Il s’agit essentiellement (61%) des médicaments vétérinaires utilisés pour lutter contre les parasites des animaux de compagnie, des biocides utilisés contre les insectes volants (40% des ménages) et les insectes rampants (28%). La moitié des utilisateurs d’insecticides les utilisent au moins 3 fois par an.

En deuxième position, les herbicides et les produits contre les maladies des plantes d’extérieur. Ils sont utilisés par un foyer sur cinq (respectivement 22% et 20%) ayant un espace extérieur : jardin, terrasse, balcon. Les herbicides tout comme les fongicides sont utilisés au moins 2 fois par an par la moitié des utilisateurs.

Enfin, 12% des Français interrogés utilisent des répulsifs cutanés humains, comme les sprays anti-moustiques. Et ils n’y vont pas de main morte : ce sont ceux qui utilisent le plus fréquemment des pesticides, avec au moins 6 utilisations par an pour la moitié des foyers et plus de 25 par an pour un quart des ménages.

Des précautions d’emploi pas assez suivies

Insecticides, herbicides, fongicides, répulsifs cutanés… Quel que soit le pesticide, l’Anses estime que les précautions d’emploi sont inégalement connues et suivies. "On s’aperçoit que les consommateurs connaissent les précautions d’emploi à 70% quand il s’agit de produits de jardin En revanche, environs un tiers des ménages ne lit jamais les indications des emballages pour les insecticides contre les guêpes et les moustiques", note Jean-Luc Volatier.

"Par exemple, quand vous utilisez un spray pour tuer les moustiques dans une pièce, il importe de sortir de la pièce après avoir appliqué le produit ; et d’attendre quinze minutes, une demi-heure, que cela agisse. Quand on entre à nouveau dans la pièce, il faut aérer. Or beaucoup de consommateurs ne le savent pas car ils ne lisent pas l’emballage", poursuit l’expert.

Mauvais pour le cerveau

Cela pose un problème de surexposition à ces produits : "Pour les pyréthrinoïdes, qui sont les insecticides les plus utilisés, ce sont des neurotoxiques, c’est mauvais pour le cerveau", ajoute Jean-Luc Volatier.

Une autre recommandation de l’Agence concerne l’élimination de ces produits : 60% des ménages jettent leurs produits inutilisés à la poubelle et seulement 31% les déposent à la déchetterie. L’Anses rappelle donc qu’il est recommandé de ne pas les jeter à la poubelle ni les vider dans l’évier mais de les déposer à la déchetterie ou à l’endroit prévu par la mairie

Margaux de Frouville