BFMTV

Le Viagra sera vendu sans ordonnance au Royaume-Uni

-

- - -

Une agence sanitaire britannique a donné son feu vert pour la vente sans ordonnance du Viagra, une première mondiale. Cette décision est motivée par le fait que certains hommes n'osent pas demander de l'aide à des professionnels de santé et préfèrent se le procurer sur Internet, avec tous les risques que cela comporte.

C'est une première mondiale: au Royaume-Uni, il est désormais possible de se procurer du Viagra sans avoir besoin d'une ordonnance. L'autorisation a été délivrée par l'Agence britannique des médicaments et des produits de santé (MHRA), "à la suite d'une évaluation rassurante de son innocuité, des conseils de la Commission sur les médicaments à usage humain et d'une consultation publique plus tôt cette année avec des résultats positifs."

C'est donc à partir du printemps 2018 que les hommes de plus de 18 ans pourront plus facilement se procurer en pharmacie cette célèbre pilule bleue, traitement vedette du laboratoire américain Pfizer contre les dysfonctions érectiles. Cette version sans ordonnance vendue sous le nom de "Viagra Connect" contiendra le même principe actif, le sildenafil citrate, que la version sur prescription et sera délivré à la suite d'une discussion obligatoire avec le pharmacien.

L'usager doit en effet continuer à être informé sur la dysfonction érectile, le bon usage du médicament, ses effets secondaires tandis que le pharmacien doit déterminer si une consultation avec un généraliste peut s'avérer nécessaire. Le but de cet échange consiste surtout à repérer les hommes pour qui le médicament est fortement déconseillé: ceux souffrant de troubles cardiovasculaires, à haut risque cardiovasculaire, souffrant d'insuffisance hépatique ou rénale sévère et sous certains traitements.

Inciter les hommes à en parler

"L'utilisation de Viagra Connect dans ces groupes d'hommes doit continuer à être sous la supervision d'un médecin", précise ainsi la MHRA. En prenant cette décision, cette dernière espère rendre ce médicament plus largement disponible auprès des hommes qui ne cherchent pas d'aide auprès des professionnels de santé et qui risquent de s'en procurer sur des sites illégaux. Le traitement des dysfonctionnements érectiles est en effet une cible populaire pour les sites qui vendent des médicaments contrefaits.

"Au cours des cinq dernières années, les enquêteurs ont saisi plus de 50 millions de livres de médicaments contre la dysfonction érectile non autorisés", explique ainsi l'agence sanitaire. "Il est important que les hommes aient un accès rapide à des soins légitimes et de qualité, et qu'ils n'aient pas besoin de se tourner vers des produits en ligne contrefaits qui pourraient avoir des effets secondaires potentiellement graves", conclut Mick Foy, son président.

Le laboratoire Pfizer indique de son côté qu'avant l'application de cette décision, la société mettra en œuvre un programme de formation au sein des pharmacies. "C'est un pas en avant pour encourager plus d'hommes à entrer dans le système de santé", indique-t-il. Car outre l'achat de contrefaçons, le laboratoire évoque des avantages plus larges pour la santé publique: la dysfonction érectile peut être le signe d'une condition sous-jacente comme le diabète, l'hypertension artérielle et les maladies cardiaques.

Attention au risque d'événements cardiovasculaires

C'est pourquoi les pharmaciens devraient conseiller aux hommes de faire un suivi auprès de leur médecin dans les six mois suivant la première administration du Viagra, de sorte que toute maladie sous-jacente potentielle ou tout facteur de risque associé à la dysfonction érectile puisse être étudié. En plus de Viagra Connect, le Viagra (comprimés de 25 mg, 50 mg, 100 mg) demeurera disponible comme médicament sur ordonnance.

En France, le Viagra est commercialisé depuis 1998 et a dû faire l'objet au cours de l'année 2000 d'une information médicale renforcée. Les données de pharmacovigilance de l'ANSM mettaient en évidence des événements cardiovasculaires parfois graves (infarctus du myocarde, mort subite d’origine cardiaque, AVC) chez des patients qui présentent pour la plupart des facteurs de risque cardiovasculaires. Elle insiste donc sur l'importance de pratiquer un interrogatoire et un examen clinique avant toute instauration de traitement.

Alexandra Bresson