BFMTV

Le jeûne prôné par les uns, dénoncé comme dangereux par les autres

Les jeûneurs sont encadrés et leur tension contrôlée tous les matins, dans ce groupe encadré de Beaucaire, dans le Gard.

Les jeûneurs sont encadrés et leur tension contrôlée tous les matins, dans ce groupe encadré de Beaucaire, dans le Gard. - BFMTV

La pratique du jeûne est une mode qui perdure et gagne chaque année de nouveaux adeptes. Alors même que nombre de nutritionnistes pensent que ces privations temporaires de nourriture relèvent de la supercherie.

Se priver de nourriture volontairement pendant deux, trois, voire huit jours ou plus, le jeûne dans une pratique encadrée et contrôlée est loué par les naturopathes et leurs patients. Les structures accueillant les jeûneurs connaissent une croissance à deux chiffres de leur clientèle. Mais pourquoi s'infliger un tel régime alimentaire? Le but principal est de "détoxifier" le corps, de "mettre ses intestins au repos" et le cas échéant, de perdre un peu de poids, explique-t-on du côté des partisans de cette diète.

D'après les témoignages recueillis par BFMTV, les trois premiers jours sont les plus difficiles. Ensuite, la sensation de faim disparaît et laisse place à une forme d'euphorie. L'organisme, confirme le docteur Alain Ducardonnet, "produit de l'acétone" qui entraîne cette sensation sérénité.

Jeûne: oui ou non, mais toujours encadré

A Beaucaire dans le Gard où nous avons suivi un groupe de jeûneurs, la diète quasi complète est conjuguée à tout un ensemble d'activités destiné à renforcer un bien-être général. Ainsi, la randonnée, la méditation, les séances de massage et de relaxation font partie du menu quotidien. Chaque matin les participants se font prendre la tension artérielle par les naturopathes encadrants afin de vérifier que tout va bien.

Alain Ducardonnet confirme cette nécessité d'un accompagnement médical: "On peut jeûner mais pas n'importe comment. Il faut s'y préparer, diminuer la consommation d'aliments, supprimer les aliments transformés, passer à un régime végétarien. Il ne faut pas le faire chez soi, tranquille tout seul", prévient-il.

Scepticisme de rigueur chez beaucoup de nutritionnistes

D'autres praticiens, comme le nutritionniste parisien Patrick Serog, ne prêtent au jeûne aucune vertu.

"Il va vous apporter un bien-être psychologique, parfois même physique, souvent les gens pensent que ça va les purifier, les détoxifier. Mais ce n’est qu’une pure illusion de l’esprit. Par contre, ça demande beaucoup de travail à l’organisme, sans efficacité sur le plan de la santé. Et c’est même dangereux pour un certain nombre d’individus", fustige-t-il.

Une chose est sûre, abonde le consultant santé de BFMTV, un "bilan de santé est nécessaire" avant de se lancer dans l'aventure. Surtout, dénonce-t-il, "le jeûne n'est en aucun cas une méthode pour perdre du poids". Il s'agit davantage d'une manière de prendre soin de soi en adoptant des résolutions pour une vie plus saine, explique en substance, le docteur Alain Ducardonnet.

David Namias avec Alain Ducardonnet et Magali Chalais, Antoine Sarrailh