BFMTV

Le fondateur de la société PIP de nouveau en garde à vue

BFMTV
MARSEILLE (Reuters) - Le fondateur de la société Poly Implant Prothèse (PIP), poursuivi dans un scandale d'implants mammaires non conformes, a été...

MARSEILLE (Reuters) - Le fondateur de la société Poly Implant Prothèse (PIP), poursuivi dans un scandale d'implants mammaires non conformes, a été de nouveau placé en garde à vue mardi dans le cadre du volet financier de ce dossier, a-t-on appris de source judiciaire.

Jean-Claude Mas, qui est incarcéré depuis mars pour ne pas s'être acquitté de ses obligations de verser le premier quart de sa caution de 100.000 euros, a été placé en garde à vue dans les locaux de la section de recherche de la gendarmerie de Marseille.

Il a été entendu après le dépôt d'une plainte pour "abus de biens sociaux et banqueroute" par une avocate toulonnaise représentant des victimes.

Claude Couty, ancien président du directoire de PIP, a également été placé en garde à vue dans les mêmes locaux.

Jean-Claude Mas, 73 ans, est déjà mis en examen pour "blessures involontaires". Il a admis avoir utilisé un gel non conforme pour la fabrication de ses prothèses mais a récusé une dangerosité supérieure aux autres prothèses.

Sa demande de remise en liberté a été rejetée fin mars.

La juge d'instruction Anaïck Le Goff doit l'entendre mercredi dans le cadre du volet principal de l'affaire.

François Revilla