BFMTV

Le chef du service maternité de l'hôpital Necker appelle les femmes enceintes à se faire vacciner "dès le premier trimestre"

Le gynécologue-obstétricien s'exprimait ce mardi après qu'Olivier Véran a administré la deuxième de vaccin à la secrétaire d'État Olivia Grégoire, enceinte.

À ce stade recommandée à partir du deuxième trimestre de la grossesse par la Haute autorité de santé (HAS), la vaccination contre le Covid-19 doit intervenir "le plus tôt possible" chez les femmes enceintes, a exhorté ce mardi le Pr Yves Ville, chef du service de maternité de l'hôpital Necker, à Paris, aux côtés du ministre de la Santé, Olivier Véran, et de la secrétaire d'État chargée de l'Économie sociale, solidaire et responsable, Olivia Grégoire.

Le gynécologue obstétricien s'exprimait après qu'Olivier Véran a administré sa deuxième dose de vaccin à Olivia Grégoire, qui attend un enfant pour le mois de décembre.

"Le plus tôt possible"

"Il faut le faire le plus tôt possible pour être protégée et immunisée au troisième trimestre", a fait valoir le spécialiste sur notre antenne.

"On sait maintenant sur un registre américain de plus de 30.000 femmes que les réactions vaccinales sont même moins importantes chez les femmes enceintes que chez les individus non-enceintes", a étayé Yves Ville, faisant valoir "trois bonnes raisons" de se faire vacciner lorsque l'on est enceinte:

"Une pour elle-même, une pour ses compatriotes mais aussi pour l'enfant à naître que ces femmes portent, puisqu'une infection Covid au troisième trimestre de la grossesse, et maintenant avec cette forme beaucoup plus virulente dès le deuxième trimestre de la grossesse, peut avoir des conséquences dramatiques pour la maman avec des insuffisances respiratoires qui sont alors plus sévères que lorsqu'on n'est pas enceinte, et également pour le foetus parce qu'elles peuvent le priver d'oxygène de façon brutale et prolongée", a fait valoir le gynécologue.

Une vaccination plus précoce notamment en raison du variant Delta

"Avec cette forme plus virulente du variant Delta, il est d'autant plus impératif que les femmes enceintes soient vaccinées et accèdent enfin au statut de patient normal, et pas moins bien soigné, comme c'est généralement le cas lorsqu'on est enceinte, puisque sous le nom de principe de précaution, on est souvent sous-traité ou maltraité", a défendu Yves Ville.

Clarisse Martin Journaliste BFMTV